Navigation – Plan du site
CD, DVD, Multimédia

MUSIQUES DU VANUATU. Fêtes et mystères

Enregistrements et texte : Monika Stern et Alexandre François, notice français-anglais 24 p., pdf notice 128 pages français-anglais, photos et carte couleurs, CD Inédit, W 260147, 2013
MUSIC OF VANUATU. Celebrations and mysteries
Dana Rappoport
p. 335-337
Référence(s) :

Fêtes et mystères /  Celebrations and mysteries
Enregistrements et texte : Monika Stern et Alexandre François, notice français-anglais 24 p., pdf notice 128 pages français-anglais, photos et carte couleurs, CD Inédit, W 260147, 2013

Texte intégral

1Vanuatu est un archipel d’environ 80 îles volcaniques, sur lesquelles habitent près de 240 000 personnes, dont les langues sont au nombre d’une centaine, toutes de la famille austronésienne. La vie traditionnelle est centrée sur des villages autonomes dans lesquels le pouvoir et la position des hommes dépendent des grades acquis au cours d’une vie.

2On ne peut que se réjouir des récentes recherches ethnomusicologiques menées à Vanuatu. En plus du travail de Raymond Amman (2012), ce disque en est un autre exemple. Il a été réalisé par deux chercheurs complémentaires : l’ethnomusicologue Monika Stern du Credo (Centre de Recherche et de Documentation sur l’Océanie) et le linguiste Alexandre François du Lacito (Langues et civilisations à traditions orales). Il offre une sélection de leurs enregistrements respectifs effectués dans l’archipel du Vanuatu entre 1997 et 2010. 73 minutes de musique sont réparties en 41 plages. Le disque est accompagné de deux notices, l’une imprimée et l’autre numérique, que l’auditeur peut télécharger à partir du CD. La notice imprimée est accompagnée de 16 photos et d’une carte en couleurs. C’est une introduction très générale portant sur les musiques et le choix de les présenter en cinq ensembles. Ce livret imprimé ne permet pas d’accéder aux commentaires sur les plages. Pour cela, il faut ouvrir le fichier numérique (pdf) unique par sa taille : comprenant 128 pages (français/anglais) dans un format carré 12 ×12, il présente une description détaillée des 41 plages, avec la transcription et la traduction de sept chants, une berceuse et six poèmes à danser. Il offre aussi une introduction à la musique de la coutume (kastom singsing, kastom tanis), sa relation avec le pouvoir dans ces sociétés à grade ainsi qu’une documentation sur les instruments de musique classés par famille. On y trouvera des éléments sur les formes et genres musicaux, la langue de la poésie chantée et ses contenus.

3Les enregistrements proviennent de neuf îles du nord de l’archipel, dans les provinces Torres-Banks et Penama : Ambae, Maewo, Pentecôte, Gaua, Merelava, Vanua, Motolava, Tegua, Lo Toga. La plus grande partie, si l’on s’en tient à la carte (p. 6), vient des îles Pentecôte et Motalava. Bien que le nord ait été christianisé par des missionnaires anglicans, la musique de la coutume a perduré, en faisant bon ménage, semble-t-il, avec les musiques importées telles que le string band, le reggae, le hip-hop et les musiques de l’église anglicane. Ambae et Maewo : rappelons que l’ethnomusicologue Peter Crowe avait enregistré des chants coutumiers dans les années 1970 sur ces deux îles (cf. Vanuatu [New Hebrides] : Custom Music. Singsing Danis Kastom VDE CD 796, AIMP XXXIV, 1994).

4Il est étonnant de constater l’absence de polyphonie vocale dans cet archipel pourtant entouré, de part et d’autre, par des voisins la pratiquant, aux îles Salomon et en Nouvelle-Calédonie. La polyphonie s’est-elle perdue en route lors des anciennes migrations ? On peut aussi noter l’absence de métal, à la grande différence de l’archipel indonésien, dominé par la présence d’idiophones métalliques d’ouest en est. Pourquoi les gongs n’ont-ils pas été emportés par les Austronésiens jusque dans le Pacifique Sud ? Sur le plan musical, cette absence de métal est bien un des traits qui distingue le monde mélanésien de l’Insulinde, trait auquel on pourrait ajouter la quasi-inexistence à Vanuatu des membranophones, des cordophones et des aérophones, hormis les jeux de sifflets monophones en hoquets réservés aux jeunes garçons initiés. La musique du Vanuatu se caractérise par la prédominance de toutes sortes d’idiophones non métalliques (planche percutée, grands et petits tambours à fente, tubes pilonnants, bambous entrechoqués, sonnailles végétales), par des formes chorales non polyphoniques, plutôt responsoriales, avec pratique du hoquet vocal et instrumental (newet et jeu de sifflets gove).

5Les deux chercheurs ont choisi de ventiler les 41 extraits selon cinq ensembles afin de « restituer les différentes atmosphères qui accompagnent les individus tout au long de leur vie » : « Danses pour une grande fête », « Promenade en forêt », « Chants titi/poèmes à danser », « Hommage aux grands hommes » et « Grondement sourd des ancêtres ».

6Qu’en est-il du mystère évoqué dans le titre ? Est-il seulement relié au dernier ensemble de plages du disque, « Grondement sourd des ancêtres », qui rassemble les musiques en relation avec les invisibles ? Qui sont-ils à Vanuatu ? Les sept dernières pièces présentent les mondes sonores reliés aux esprits des ancêtres : danses des esprits (utmag, neqet), chants des esprits (newet) et pleurs des esprits (newertiang) à Torres. Ces pleurs des esprits sont exécutés par des hommes initiés cachés dans la forêt en pleine obscurité. « Ni chant ni danse, le Newertiang ne donne rien à voir. Pour le commun des mortels, il s’agit d’un événement sonore, l’occasion d’entendre, dans l’obscurité de la nuit, les puissants cris des morts et les pleurs des esprits. Ces gémissements stridents rappellent à quel point les revenants peuvent être inquiétants, et différents de nous – de quoi inspirer à tous crainte et respect pour les ancêtres » (notice pdf, p. 63). Seuls les initiés ont accès au monde des esprits et au secret de leur manifestation dans le monde des vivants. Nous sommes ici dans l’aire culturelle de l’initiation des jeunes hommes, par le biais du sonore.

7Ce qui ressort de ce disque, c’est une énergie rythmique intense, une pulsation régulière, binaire, sans jamais aucun ralentissement, et une variété de percussions. Les jeux d’eau des femmes dans la plage 1 en sont une belle illustration. Les collecteurs parlent d’une réinvention de ces jeux, d’ailleurs aussi pratiqués aux Iles Salomon.

8La qualité du disque réside dans son caractère documentaire : d’une part, il offre un choix d’enregistrements de terrain soignés ; d’autre part, il donne accès à des explications claires et richement illustrées. On peut éventuellement regretter la fragmentation temporelle des plages puisque chacune d’elle dure en moyenne 1 à 2 minutes (hormis celles dédiées aux esprits). C’est le dilemme de tout ethnomusicologue. Le disque reste un support déterminant pour transmettre et pérenniser des données. Comment y évoquer la richesse musicale d’une culture ? Faut-il laisser désirer ou bien en dévoiler le plus possible ? Tout dépend des destinataires à qui le disque s’adresse et des possibilités d’archivage online. Source de documentation ethnographique d’une qualité irremplaçable, ce disque s’inscrit désormais comme une référence incontournable pour la connaissance des musiques de cet archipel.

Haut de page

Bibliographie

AMMANN Raymond, 2012, Sounds of Secrets. The Concept of Ritual Music and Musical Instruments on the Islands of Vanuatu. Münster : Lit-Verlag.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dana Rappoport, « MUSIQUES DU VANUATU. Fêtes et mystères », Cahiers d’ethnomusicologie, 27 | 2014, 335-337.

Référence électronique

Dana Rappoport, « MUSIQUES DU VANUATU. Fêtes et mystères », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 27 | 2014, mis en ligne le 14 novembre 2014, consulté le 26 mars 2017. URL : http://ethnomusicologie.revues.org/2218

Haut de page

Auteur

Dana Rappoport

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Article L.111-1 du Code de la propriété intellectuelle.

Haut de page