Navigation – Plan du site
CD, DVD, Multimédia

KENYA. L’obokano, lyre des Gusii

Enregistrements et texte : Stéphanie Weisser. 1 CD AIMP CVII/VDE CD-1414, 2014
Anne Damon-Guillot
p. 332-334
Référence(s) :

L’obokano, lyre des Gusii
Enregistrements et texte : Stéphanie Weisser. 1 CD AIMP CVII/VDE CD-1414, 2014

Texte intégral

  • 1 Éthiopie. Les chants de bagana. Enregistrements et texte : Stéphanie Weisser. 1 CD AIMP LXXVIII/VDE (...)
  • 2 Ces travaux s’inscrivent dans le projet de recherche « Altérateurs de timbre des cordophones » (Min (...)

1Le disque consacré à l’obokano du Kenya dans la collection des Archives internationales de musique populaire confirme l’intérêt que porte Stéphanie Weisser à la famille des lyres. En 2006, elle publiait en effet dans la même collection Les chants de bagana, dédiés à la fameuse lyre éthiopienne 1. En tant qu’ethnomusicologue au Musée des Instruments de Musique de Bruxelles, elle travaille dans une perspective comparatiste en se concentrant sur une spécificité acoustique qui caractérise non seulement l’obokano et le bagana mais aussi le sitar, le tanpura et l’arpichordum 2. Il s’agit des sons grésillants produits grâce à un large chevalet constitué, pour l’obokano, de morceaux de tiges de roseaux collés sur la peau à l’aide de cire d’abeille. Stéphanie Weisser explique : « En créant un point de contact semi-permanent entre chacune des cordes et le bord du roseau supérieur, le chevalet modifie le comportement vibratoire de la corde » (p. 4 livret). Sur le plan acoustique, ce type de dispositif organologique induit un enrichissement considérable du spectre du son. La photographie placée sur la galette – un gros plan du chevalet – met l’accent sur cette caractéristique sonore, « partie intégrante de l’identité » (ibid.) de cet instrument grésillant, profond et grave.

2Le disque s’inscrit dans la nouvelle orientation graphique de la collection fondée par Laurent Aubert et dirigée à présent par Madeleine Leclair (Musée d’Ethnographie de Genève). La nouvelle charte graphique a été dessinée par les Ateliers du Nord (Lausanne). Très soignée, la pochette cartonnée s’ouvre en triptyque. La belle photographie sur l’extérieur du volet droit fait ressortir la taille imposante de la lyre à huit cordes, presque aussi large que haute, jouée à l’horizontale. Debout, le musicien porte l’obokano sur son épaule, la tête placée entre le montant gauche et les cordes, cette position lui permettant de danser en jouant.

3L’obokano est au cœur de la culture gusii. Instrument réservé aux hommes, il est associé à la force. La puissance sonore est d’ailleurs un gage de qualité musicale. De fait, la grande énergie mobilisée pour le pincement des cordes est nécessaire à la production du grésillement recherché. C’est bien la vigueur qui frappe dès les premières secondes du disque : la brève et rapide cellule mélodico-rythmique de l’obokano accompagne en boucle un texte déclamé – chanté sur les refrains dans une alternance soliste/chœur –, introduit par une tonitruante exclamation.

4Les pièces jouées à l’obokano ont largement dépassé la région dans laquelle les Gusii, qui représentent plus de deux millions de personnes, sont installés – les comtés de Kisii et Nyamira au sud-ouest du Kenya. Elles ne sont pas non plus exclusivement chantées en ekegusii, la langue des Gusii. Enfin, elles ont débordé du cadre traditionnel des célébrations, des joutes musicales entre clans ou du domaine des chants propitiatoires destinés à faire tomber la pluie ; l’instrument est aujourd’hui très prisé lors de meetings politiques ou plébiscité par les organisations non gouvernementales pour transmettre des messages à caractère prophylactique. Ainsi, Speedy Governor (plage 3), composé en 2000 par Ontiri Bikundo, est largement diffusé dans les universités. Les paroles empruntent à différentes langues parlées par les populations kenyanes : ekegusii, anglais, kiswahili, kikuyu, luo et luhya. Elles prônent l’usage du préservatif pour se prémunir du SIDA. On regrettera l’absence des paroles des chants et de leur traduction, même si le sens principal du texte est donné pour chaque pièce.

5La redéfinition des contextes de jeu a amené les musiciens à intégrer des influences issues du reggae (plage 2) ou de la rumba congolaise (plage 9) et à faire preuve d’invention rythmique. La dichotomie mélodie/rythme paraît ici obsolète tant le jeu instrumental semble reposer sur une mélodie rythmique ou encore sur un rythme intégrant le paramètre des hauteurs – brouillées cependant par le grésillement et en ce sens discriminées plutôt par leur timbre. À partir d’une base relativement simple, les musiciens développent de nombreuses possibilités. Sur le plan des hauteurs, l’instrument est accordé en deux séquences ascendantes successives de quatre sons – quatre cordes graves d’une part et quatre cordes aiguës de l’autre. On notera au passage que la corde la plus grave (embeki, « la poule ») est affublée d’un caractère féminin tandis que la plus aiguë (etwani) est associée au coq. En ce qui concerne l’organisation temporelle, le jeu de l’obokano fonctionne le plus souvent en ternaire, la pulsation étant parfois donnée par un hochet métallique (chinchingiri) fixé à la cheville du musicien. Deux types de durées sont utilisées : la brève et la longue, qui dure deux brèves. Il s’agit ensuite de jouer de ces sonorités et de ces durées. Une formule fréquente dans les répertoires d’obokano est la juxtaposition de deux groupes ternaires : longue-brève puis trois brèves (plages 4 et 7). La pièce Ogango (plage 8) se caractérise quant à elle par l’enchaînement longue-brève, brève-longue, trois brèves. Les deux dernières plages (10 et 11) font entendre enfin une cellule instrumentale accentuée de manière à la rendre asymétrique. La voix se pose subtilement sur cet ostinato boiteux. La pièce Amameka (« il a vu la lumière de l’autre côté », plage 10) ne semble pas souffrir de la corde manquant à l’instrument. James Onchari, âgé de plus de 80 ans, a fabriqué lui-même son obokano qui ne comporte exceptionnellement que sept cordes, suite à la rupture accidentelle de la dernière. Le musicien s’adapte et continue de faire connaître un héritage qui se transmet de père en fils.

6L’enthousiasme qui caractérise le disque est audible dans le chant Kuruanerera (plage 6), qui évoque la lutte que se livrèrent plusieurs hommes pour conquérir la main d’une veuve. L’interprétation passionnée est communicative, comme le montre la participation croissante des auditeurs – interjections, cris, vibrations voisées des lèvres, youyous. Cet enthousiasme n’a pas manqué d’atteindre l’Académie Charles Cros qui vient de primer le disque d’un « coup de cœur » dans la catégorie « Musiques du monde – Mémoire vivante ».

Haut de page

Notes

1 Éthiopie. Les chants de bagana. Enregistrements et texte : Stéphanie Weisser. 1 CD AIMP LXXVIII/VDE CD-1206, 2006.

2 Ces travaux s’inscrivent dans le projet de recherche « Altérateurs de timbre des cordophones » (Ministère de la Politique Scientifique belge).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Damon-Guillot, « KENYA. L’obokano, lyre des Gusii », Cahiers d’ethnomusicologie, 27 | 2014, 332-334.

Référence électronique

Anne Damon-Guillot, « KENYA. L’obokano, lyre des Gusii », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 27 | 2014, mis en ligne le 14 novembre 2014, consulté le 29 avril 2017. URL : http://ethnomusicologie.revues.org/2217

Haut de page

Auteur

Anne Damon-Guillot

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Article L.111-1 du Code de la propriété intellectuelle.

Haut de page