Navigation – Plan du site
Thèses

Katell MORAND : Solitudes habitées. Le chant, le souvenir et le conflit chez les Amhara du Goğğam (Éthiopie)

Thèse de doctorat en ethnomusicologie, soutenue le 14 décembre 2012 à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense
p. 339
Référence(s) :

Katell MORAND : Solitudes habitées. Le chant, le souvenir et le conflit chez les Amhara du Goğğam (Éthiopie)
Thèse de doctorat en ethnomusicologie, soutenue le 14 décembre 2012 à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense
2 vol., 409 pages + 115 pages d’annexes, 2 DVD (vidéo, audio, multimédia flash)
Directeur de thèse : Bernard Lortat-Jacob

Texte intégral

1Cette thèse porte sur une pratique de la musique en solitude dans une société paysanne du nord de l’Éthiopie. Dans cette solitude « viennent » des souvenirs précis et se nouent les intrigues de la vie sociale, entre attachements, conflits et violence : car le chant « pour soi » est toujours habité par la présence des autres. L’étude interroge le lien entre la musique et la mémoire autobiographique en se plaçant dans la lignée des travaux qui, en anthropologie cognitive, envisagent la mémoire à la fois sous l’angle des contraintes cognitives et sous celui des significations culturelles.

2Une ethnographie intime et l’étude détaillée des interactions qui forment la matière des souvenirs mettent d’abord en lumière le rôle de la poésie chantée dans les relations interpersonnelles : puissant moyen de communication, elle permet de dire « juste », provoque des effets émotionnels irrésistibles et pousse à l’action. L’analyse des réactions d’auditeurs lors d’un cas limite révèle ensuite les attentes implicites qui sous-tendent leur écoute et suggère l’existence de schémas cognitifs et culturels correspondant à chacun des genres musico-poétiques. Par l’exploitation d’un questionnaire sont mis en évidence les noyaux d’inférences qui agissent sur la perception des sons et, au-delà de celle-ci, sur l’interprétation des intentions des chanteurs. Enfin, l’analyse des échelles temporelles mobilisées au cours des performances permet de comprendre comment ces souvenirs s’intègrent dans le système de la mémoire autobiographique, s’organisent en récits et influencent de façon déterminante les points de vue des chanteurs sur leur propre histoire, sur leurs choix et leurs actions.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Katell MORAND : Solitudes habitées. Le chant, le souvenir et le conflit chez les Amhara du Goğğam (Éthiopie) », Cahiers d’ethnomusicologie, 26 | 2013, 339.

Référence électronique

« Katell MORAND : Solitudes habitées. Le chant, le souvenir et le conflit chez les Amhara du Goğğam (Éthiopie) », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 26 | 2013, mis en ligne le 20 février 2014, consulté le 23 août 2017. URL : http://ethnomusicologie.revues.org/2139

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page