Navigation – Plan du site
Thèses

Manuel ARCE SOTELO : Les wankas de Tarcuyo. Chants et rituels dans les Provinces Hautes de Cusco (Pérou)

Thèse de doctorat en ethnomusicologie, soutenue le 6 décembre 2012 à l’Université Paris Ouest Nanterre
p. 335
Référence(s) :

Manuel ARCE SOTELO : Les wankas de Tarcuyo. Chants et rituels dans les Provinces Hautes de Cusco (Pérou)
Thèse de doctorat en ethnomusicologie, soutenue le 6 décembre 2012 à l’Université Paris Ouest Nanterre
406 p., glossaire, transcriptions, annexes audio et vidéo
Directrice de thèse : Antoinette Molinié

Texte intégral

1Parmi les communautés d’altitude des Andes du Sud, la pomme de terre est considérée comme bien plus qu’un simple produit alimentaire. Traitée comme un être vivant, sa culture fait l’objet d’une série d’offrandes rituelles tout au long de son cycle agricole. Au village de Tarcuyo (Province d’Espinar, Cusco), les semailles de ce tubercule se font avec le concours de chanteuses rituelles connues comme les wankas. Leurs vers en quechua s’adressent en premier lieu aux plantes afin d’activer leur croissance, mais aussi à d’autres destinataires tels le propriétaire du terrain à semer, les travailleurs ou différents éléments de la nature.

2L’analyse de ce répertoire met en lumière différents paramètres qui constituent son esthétique musicale : relation avec la fécondité et la fertilité, aspect ludique et rituel du travail collectif, organisation du répertoire vocal sous forme de programme musico-rituel avec étapes, paramètres spécifiques des étapes qui s’enchaînent dans une progression qui aboutit au sommet de la performance. Des acquis de cette analyse seront mis en parallèle avec le déroulement du tinku, confrontation entre coalitions de communautés, réalisée également avec des chants féminins (qhashwas). Cela permettra de constater des analogies significatives entre ces deux rituels agraires des Provinces Hautes de Cusco. Les wankas témoignent ainsi de l’influence que la voix peut exercer sur la pomme de terre ou sur les hommes, mais également du rôle des interprètes, intermédiaires rituels entre les villageois de Tarcuyo et les divinités de l’inframonde, dans un environnement où les traditions cèdent de plus en plus le pas à la modernité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Manuel ARCE SOTELO : Les wankas de Tarcuyo. Chants et rituels dans les Provinces Hautes de Cusco (Pérou) », Cahiers d’ethnomusicologie, 26 | 2013, 335.

Référence électronique

« Manuel ARCE SOTELO : Les wankas de Tarcuyo. Chants et rituels dans les Provinces Hautes de Cusco (Pérou) », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 26 | 2013, mis en ligne le 20 février 2014, consulté le 24 juin 2017. URL : http://ethnomusicologie.revues.org/2130

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page