Navigation – Plan du site
Thèses

Damien VERRON : Des relations entre les structures musicales et les contextes sociaux dans un répertoire de « sessions » instrumentales irlandaises

Thèse de doctorat en ethnomusicologie, soutenue le 29 octobre 2012 à l’Université Jean Monnet, Saint Etienne
p. 332
Référence(s) :

Damien VERRON : Des relations entre les structures musicales et les contextes sociaux dans un répertoire de « sessions » instrumentales irlandaises
Thèse de doctorat en ethnomusicologie, soutenue le 29 octobre 2012 à l’Université Jean Monnet, Saint Etienne (cotutelle : Université de Montréal)
455 p., transcriptions, photographies et CDs audio
Directeurs de thèse : Nathalie Fernando et Béatrice Ramaut-Chevassus

Texte intégral

1Instants et espaces investis par la musique, les sessions sont aujourd’hui en Irlande un marqueur d’expression culturelle. En surface, celles-ci peuvent être définies en tant que regroupement prévu ou spontané de plusieurs musiciens dans le but de faire de la musique et de passer un agréable moment ensemble. Toutefois, un travail d’enquête réparti sur sept années de recherches dans le nord-ouest irlandais a révélé qu’en profondeur, les sessions représentent un phénomène socioculturel complexe, social autant que musical, édifice symbolique mixte tissé d’interactions dont la combinatoire à chaque fois renouvelée implique un jeu de relations entre le facteur individuel et les stratégies collectives qui, radicalement, affectent l’ensemble de la structure de l’événement.

2Comprendre le fonctionnement d’une session revient alors à poser un certain nombre de questions ayant pour finalité de révéler la manière dont les deux pôles du social et du musical se trouvent, en même temps que distincts, inextricablement liés. À partir d’une procédure de mise en série, il est proposé d’apprécier les liens entre structure et contexte à travers l’analyse comparée d’un corpus de 26 pièces musicales, collectées lors de sept situations de sessions distinctes. Il s’agit d’observer, d’une part, si les spécificités sonores immanentes d’une performance musicale en session dépendent des rapports entretenus par les musiciens et leur environnement, et, d’autre part, si des indices musicologiques tangibles de cela existent, en même temps que suffisent à rendre compte des différents processus interactionnels auxquels on les suppose liés – l’idée en question étant bien ici celle d’une possible incarnation des faits interactionnels lesquels, figés en quelque sorte dans la musique, s’inscrivent dans le produit symbolique à l’instar pourrait-on dire du fossile prisonnier de la roche. Le sonore, comme objet, formerait alors le témoin matériel d’une réalité symbolique mixte, la musique, aux contours restant toutefois à définir sur bien d’autres plans.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Damien VERRON : Des relations entre les structures musicales et les contextes sociaux dans un répertoire de « sessions » instrumentales irlandaises », Cahiers d’ethnomusicologie, 26 | 2013, 332.

Référence électronique

« Damien VERRON : Des relations entre les structures musicales et les contextes sociaux dans un répertoire de « sessions » instrumentales irlandaises », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 26 | 2013, mis en ligne le 20 février 2014, consulté le 18 août 2017. URL : http://ethnomusicologie.revues.org/2122

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page