Navigation – Plan du site
Thèses

David NADEAU-BERNATCHEZ : La musique comme rapports aux temps : chroniques et diachroniques des musiques urbaines congolaises

Thèse de doctorat en histoire et en anthropologie, soutenue le 4 octobre 2012 à l’Université Laval, Montréal
p. 330
Référence(s) :

David NADEAU-BERNATCHEZ : La musique comme rapports aux temps : chroniques et diachroniques des musiques urbaines congolaises
Thèse de doctorat en histoire et en anthropologie, soutenue le 4 octobre 2012 à l’Université Laval, Montréal (cotutelle : EHESS)
528 p., annexes vidéo (12 courts films totalisant 356 min.)
Directeurs de thèse : Bogumil Koss-Jewsiewicki, Jean-Paul Colleyn, Nathalie Fernando

Texte intégral

1Cette thèse s’intéresse au présent des musiques urbaines congolaises (RDC) dans leurs rapports à la vie quotidienne, à l’histoire et à l’identité de sa capitale Kinshasa. Partant d’une intuition fondamentale de Claude Lévi-Strauss (la musique serait, comme le mythe, une machine à supprimer le temps), c’est autour de la problématique de la musique comme rapports aux temps (social et symbolique, historique et mémoriel, musical, performatif) que l’auteur cherche à en renouveler la portée en lui donnant une emprise analytique nouvelle.

2La thèse débute par une étude générale de l’évolution des musiques urbaines congolaises à l’aune des catégories endogènes contemporaines (« moderne », « religieuse », « traditionnelle » et « internationale »). Combinant l’histoire et l’anthropologie culturelle, l’ethnomusicologie et l’écriture audiovisuelle, différents plans de la vie quotidienne et de la pratique musicale sont ensuite observés, analysés, confrontés : celui d’une commune de la capitale (Bandal) ; celui d’un certain nombre d’acteurs individuels, principalement des musiciens et des mélomanes ; celui de la ville entière comme espace imaginaire et identitaire.

3À la fois théorique, comme interrogation générale sur les relations entre la musique et la vie sociale, et empirique, comme ethnographie des conduites et des savoir-faire qui lui sont associés à Kinshasa, la thèse cherche ainsi à dépasser les écueils du culturalisme en interrogeant la manière dont la « globalisation » met en mouvement les notions d’« universalité » (la musique, le temps, l’humain) et de « particularité » (l’appartenance, le quotidien, l’organisation sociale) tels que définis par le projet de modernité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« David NADEAU-BERNATCHEZ : La musique comme rapports aux temps : chroniques et diachroniques des musiques urbaines congolaises », Cahiers d’ethnomusicologie, 26 | 2013, 330.

Référence électronique

« David NADEAU-BERNATCHEZ : La musique comme rapports aux temps : chroniques et diachroniques des musiques urbaines congolaises », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 26 | 2013, mis en ligne le 20 février 2014, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://ethnomusicologie.revues.org/2118

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page