Navigation – Plan du site
Livres

Patrice COIRAULT : Chansons françaises de tradition orale. 1900 textes et mélodies collectés par Patrice Coirault

Paris : BNF, 2013
Françoise Étay
p. 296-299
Référence(s) :

Patrice COIRAULT : Chansons françaises de tradition orale. 1900 textes et mélodies collectés par Patrice Coirault, Ouvrage révisé et complété par Marlène Belly et Georges Delarue. Paris : BNF, 2013. 544 p.

Texte intégral

1C’est une très belle pierre, pour ne pas dire un pavé, que la BNF vient d’ajouter à l’édifice qu’elle consacre, depuis une quinzaine d’années, à l’œuvre de Patrice Coirault. En 1996 paraissait le premier volume du Répertoire des chansons françaises de tradition orale, « La poésie et l’amour ». En 2000 suivit le deuxième tome, « La vie sociale et militaire », et 2006 marqua la clôture de la trilogie avec l’édition de la suite et fin du répertoire : « Religion, crimes, divertissements ». Les renvois aux collectes personnelles de Coirault sont nombreux au fil des 2358 types référencés, et il était souvent frustrant, jusqu’à présent, de ne pas y avoir accès, en particulier lorsqu’à un type donné ne correspond qu’une chanson inconnue par ailleurs. La publication de ces 1900 textes et mélodies collectés par Patrice Coirault vient heureusement répondre à toutes les questions que nous avions accumulées à leur sujet. Et, en un aller-retour naturel, chaque pièce renvoie à la classification du Répertoire.

2L’Avertissement, signé par Marlène Belly et Georges Delarue, permet de mesurer l’ampleur du travail que les deux chercheurs ont dû fournir en amont de cette parution. L’écriture de Coirault est fine, de petite taille, souvent difficile à déchiffrer, et on comprend les moments de découragement qui ont pu s’emparer des auteurs lorsqu’ils n’arrivaient pas, loupe en main, à décrypter ce qui était sous leurs yeux. De nombreuses questions d’ordre éthique ont dû, en outre, être résolues. Ainsi, quel parti prendre dans le cas d’un oubli évident ou d’une erreur manifeste ? Comment procéder lorsque Coirault a noté diverses occurrences d’une chanson-type avec des organisations métriques différentes, telles que des hexasyllabes pour l’une et des alexandrins pour l’autre ? Quels choix opérer face à une notation mélodique rendue obscure par l’effacement, un siècle plus tard, de portées imprimées par un timbre en caoutchouc trop peu encré ? Que faire de fiches laissées à l’état de brouillon ? Il est clair, et nous en sommes prévenus, que les chansons que nous avons sous les yeux ne sont pas toujours la transcription à l’identique des notations de Coirault. Marlène Belly et Georges Delarue ont dû faire des choix et on pressent le poids des scrupules qui ont parsemé leur chemin.

  • 1 Rappelons ici que Simone Wallon (1918-2001), à qui est dédiée la publication, a légué à Marlène l‘i (...)

3Outre l’Avertissement, les paroles et mélodies des chansons recueillies sont précédées de plusieurs textes dont un de Marlène Belly intitulé « Patrice Coirault : l’homme et l’œuvre ». Il s’agit là d’une superbe synthèse, dense et très documentée1. On y apprend, entre autres, que Coirault n’a jamais eu l’intention de publier cette collecte, pourtant une des plus importantes de son époque. Nous savions déjà qu’il n’avait pas davantage souhaité rendre public le fichier qui est à l’origine du Répertoire publié par la BNF (Belly 2009 : 31).

4Étonnante passion que celle de cet homme, qui, avec l’aide de son épouse Alice Perguilhem, a consacré sa vie, en marge de son activité professionnelle, au dépouillement de centaines d’ouvrages, à l’élaboration d’un fichier vertigineux et à la collecte, année après année, de centaines de chansons pour lesquelles il n’envisageait pas d’autre avenir que celui de rester à l’état d’outils de travail sur lesquels appuyer sa réflexion.

5Sur la genèse de la constitution de l’immense corpus, essentiellement poitevin et béarnais, qui nous est présenté, Jean-Michel Guilcher, dans sa remarquable préface à l’édition du premier volume du Répertoire (Coirault 1996 : 11), écrit : « Il a aimé, inséparablement, l’ancienne chanson populaire et ceux qui la chantaient. Ils étaient nombreux encore, au dernier quart du XIXe siècle, dans le village poitevin où son père était instituteur. […] Adolescent, il la réclamait à ses proches. Étudiant en vacances, il entreprend de recueillir méthodiquement ce qui, dans son terroir natal, demeure présent aux mémoires. Ainsi commence une quête qui ne s’achèvera que longtemps plus tard. Quelques années passent. Avec l’aide de sa jeune femme, Coirault étend sa collecte au Béarn. »

6Dans cette préface, Guilcher déplore, par ailleurs, que « L’œuvre de Coirault demeure mal connue. Dire que nos institutions scientifiques ont peu fait pour l’accueillir relève de l’euphémisme charitable ». Nous savons en effet par Jacques Cheyronnaud que ce n’est qu’en 1947 que Paul Delarue, le père de Georges, mit en relation Patrice Coirault et Claudie Marcel-Dubois (Cheyronnaud 2002 : 191). Le nom de celle-ci était alors « associé à la plupart des bureaux ou des présidences d’instances européennes ou internationales, culturelles ou scientifiques, en matière de folklore musical, bientôt d’ethnomusicologie » (Cheyronnaud 1990 : 173). Prit-elle le temps de lire attentivement ne serait-ce que Notre chanson folklorique, dont Paul Delarue venait de faire un compte rendu dans Le mois d’ethnographie française ? Il est permis d’en douter. Lors du décès de Coirault, en 1959, elle résume ainsi son œuvre, dans une brève notice nécrologique : « [Il] étayait ses théories sur des recherches archivistiques très minutieuses. On sait que ses méthodes le conduisirent à considérer, à la suite d’Anatole Locquin [sic] et en accord avec la Rezeptiontheorie, la chanson folklorique française comme le résidu des chansonniers urbains ». Or, quiconque a fréquenté les écrits de Coirault avec attention sait que sa pensée diffère considérablement de celle de Loquin.

7Cependant, malgré le peu d’intérêt que l’ethnomusicologie officielle a manifesté pour son œuvre, Coirault n’a pas été un chercheur isolé. En témoignent les quelque trois mille lettres que Catherine Massip a parcourues et dont elle analyse et résume le contenu dans une contribution ayant pour titre « La correspondance de Patrice Coirault ». On y découvre, et c’est très réconfortant, l’importance et la qualité des réseaux qu’il a entretenus, que ce soit en France avec des personnalités d’envergure telles que Marguerite Gauthier-Villars, Paul Delarue, William Lemit, Paul Bénichou et bien d’autres, ou à l’étranger avec des chercheurs aussi divers que Greta Dahlström, spécialiste du folklore scandinave, Giovanni Bronzini en Italie ou Geneviève Massignon au Canada. Mais il n’était pas pour autant avide de reconnaissance et, soucieux de ne pas perdre de temps, il a évité « l’engrenage des congrès internationaux » comme, pendant la Seconde Guerre mondiale, et pour d’autres raisons, les sollicitations venant de mouvements folkloristes liés au régime de Vichy.

8Signalons encore d’autres atouts de ce volume : les notes d’Eliane Gauzit et Pierre Bec expliquant leurs choix pour la transcription des chants en béarnais, un texte de Luc Charles-Dominique intitulé « Patrice Coirault et la chanson populaire, ou la fin du “dilettantisme” romantique » et des index précieux sur les informateurs, les lieux, les incipits, les refrains et les titres des chansons-types. Celui sur les refrains, en particulier, est une excellente idée qui va permettre de nouvelles articulations avec le Répertoire.

  • 2 Rappelons que le début de l’aventure de la publication du Répertoire remonte à 1986 !

9On ne peut que ressentir gratitude et admiration pour Georges Delarue, qui nous offre à nouveau un magnifique cadeau. Avec une modestie rare, il a mis, depuis des années2 toute son énergie, son temps, et aussi son intelligence fine et synthétique, au service de l’œuvre de deux personnages hors du commun, Achille Millien et Patrice Coirault. Sans lui nous n’aurions probablement pas eu accès à des outils qui nous sont pourtant devenus indispensables. Ses compagnons de route Yvette Fédoroff, Simone Wallon et Joseph Le Floch ont disparu au fil des ans. Saluons ici la vaillante Marlène Belly, qui n’a pas hésité à prendre une relève particulièrement chronophage. On sait que le duo travaille maintenant sur un autre chantier colossal, sans doute le dernier de cette ampleur, celui de la publication des timbres répertoriés par Coirault. Nous leur souhaitons pour cette tâche tout le beau courage qui ne leur a jamais fait défaut.

Haut de page

Bibliographie

BELLY Marlène, 2009, « Patrice Coirault, d’une “tête chercheuse” d’hier aux promoteurs d’aujourd’hui », in Luc Charles-Dominique et Yves Defrance, dir. : Ethnomusicologie de la France, De l’«ancienne civilisation paysanne» à la globalisation. Paris : L’Harmattan : 27-45.

CHEYRONNAUD Jacques, 1990, « Une vie consacrée à l’ethnomusicologie Claudie Marcel-Dubois (1913-1989) », Cahiers de musiques traditionnelles 3. Genève : Ateliers d’ethnomusicologie : 173-185.

CHEYRONNAUD Jacques, 2002, Musique, politique, religion. De quelques menus objets de culture, Paris : L’Harmattan.

COIRAULT Patrice, 1942, Notre chanson folklorique, Paris : Auguste Picard.

COIRAULT Patrice, 1996, Répertoire des chansons françaises de tradition orale, I. La poésie et l’amour. Paris : BNF. Ouvrage révisé et complété par Georges Delarue, Yvette Fédoroff et Simone Wallon.

COIRAULT Patrice, 2000, Répertoire des chansons françaises de tradition orale, II. La vie sociale et militaire. Paris : BNF. Ouvrage révisé et complété par Georges Delarue, Yvette Fédoroff et Simone Wallon.

COIRAULT Patrice, 2006, Répertoire des chansons françaises de tradition orale, III. Religion, crimes, divertissements, Paris : BNF. Ouvrage révisé et complété par Georges Delarue, Marlène Belly et Simone Wallon.

MARCEL-DUBOIS Claudie, 1960, « Patrice Coirault », Journal of the International Folk Music Council 12 : 89.

Haut de page

Notes

1 Rappelons ici que Simone Wallon (1918-2001), à qui est dédiée la publication, a légué à Marlène l‘importante partie de sa riche bibliothèque concernant le domaine des traditions orales.

2 Rappelons que le début de l’aventure de la publication du Répertoire remonte à 1986 !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Françoise Étay, « Patrice COIRAULT : Chansons françaises de tradition orale. 1900 textes et mélodies collectés par Patrice Coirault », Cahiers d’ethnomusicologie, 26 | 2013, 296-299.

Référence électronique

Françoise Étay, « Patrice COIRAULT : Chansons françaises de tradition orale. 1900 textes et mélodies collectés par Patrice Coirault », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 26 | 2013, mis en ligne le 20 février 2014, consulté le 24 mars 2017. URL : http://ethnomusicologie.revues.org/2095

Haut de page

Auteur

Françoise Étay

Françoise ÉTAY est professeur responsable du département de musique traditionnelle du Conservatoire à Rayonnement Régional de Limoges. Elle a mené de nombreuses enquêtes et collectes en Limousin et dans les régions voisines. Depuis quelques années, ses travaux ont porté principalement sur les pratiques de danse et de chant. Parallèlement à ses activités pédagogiques et ethnomusicologiques, elle est musicienne et danseuse.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page