Navigation – Plan du site
Livres

Antonello RICCI : Antropologia dell’ascolto a Mesoraca (1991-2011)

Roma : Squilibri, 2012
Fulvia Caruso
p. 289-293
Référence(s) :

Antonello RICCI : Antropologia dell’ascolto a Mesoraca (1991-2011), Roma : Squilibri, 2012. 240 p., accompagné d’un DVD.

Texte intégral

  • 1 Anthropologue et musicien, professeur à l’Université La Sapienza de Rome.

1Je me rappelle parfaitement qu’en 1996, j’ai lu avec enthousiasme Ascoltare il mondo (Écouter le monde) d’Antonello Ricci1, premier ouvrage en Italie consacré à la « culture sonore » d’une communauté : une ethnographie d’un village centrée sur la production, la perception et la traduction culturelle du son.

  • 2 L’auteur, calabrais d’origine, a consacré plusieurs publications à la musique traditionnelle calabr (...)

2Aujourd’hui, Ricci nous propose une nouvelle version de cet ouvrage avec des modifications formelles substantielles, sous le titre Il paese dei suoni. Antropologia dell’ascolto a Mesoraca (1991-2011) (Le pays des sons. Une anthropologie de l’écoute à Mesoraca), publié par les éditions Squilibri. C’est une publication qui arrive bien à propos car la réflexion de l’auteur sur la culture sonore de Mesoraca, village agro-pastoral de dimension moyenne situé dans la province de Crotone (en Calabre), apparaît plus que jamais actuelle. Les modifications formelles sont fondamentales : on trouve, joint à ce volume, un DVD fournissant la documentation audio et audiovisuelle du paysage sonore de Mesoraca, documentation accumulée par l’auteur sur une période de vingt ans2.

3Grâce à sa longue pratique de l’écoute ethnographique – en vivant dans le pays et en acquérant la juste « intimité culturelle » (Herzfeld 2003) avec ses habitants – Ricci restitue, à travers des codes multimédias, l’horizon sonore de Mesoraca, qui inclut aussi bien « l’espace acoustique » (Carpenter, McLuhan 1966 ; Ong 1970 : 185) dans lequel vivent ses habitants, que la façon dont ces derniers perçoivent et comprennent les « objets sonores » (Schaeffer 1952, Chion 1983).

4À la base du travail de Ricci se trouvent les théories sur le paysage sonore, mais aussi celles de la psychologie acoustique, des théories de la communication, de l’ethnographie linguistique et de l’anthropologie du son. Comme l’auteur l’explique dans l’introduction, l’ouïe est « un système complexe de perception, un vaste appareil neuronal en mesure d’influer sur tout le fonctionnement du corps et de la psyché » (p. 21). Pour comprendre pleinement son fonctionnement, nous devons prendre en considération non seulement les sons musicalement organisés, mais tout le paysage acoustique de l’espace culturel étudié, la façon dont les personnes qui l’habitent le perçoivent et le traduisent verbalement, comment ils construisent une culture autour de ces sons, comment ils la transmettent d’une génération à l’autre, comment ils la vivent. « Les sons, les bruits, les stimulations auditives produits au sein d’un espace communautaire, en particulier ceux qui définissent en tout ou en partie l’interaction sociale, peuvent être utilisés aussi bien que d’autres produits de la culture, comme autant de données permettant d’appréhender et de comprendre une culture » (p. 25).

5C’est ce qu’a fait Ricci, en répartissant le matériel de sa recherche en deux parties : La géographie acoustique et Le temps des sons. L’auteur a en effet bien à l’esprit que la signification du son varie en fonction du lieu, de l’espace physique, mais aussi de sa position dans le temps historique et mythique. Vu que les deux catégories sont aussi internes à la culture locale et toujours en coprésence, la distribution des matériaux dans l’une ou l’autre des parties est déterminée par l’auteur, qui évalue chaque fois si c’est la catégorie du temps ou celle de l’espace qui prévaut.

6La première section commence avec la « Semaine sainte », considérée à juste titre comme une « puissante synthèse rituelle de l’univers de la dialectique écoute/production sonore de l’horizon culturel de Mesoraca » (p. 16). Ricci reconstruit d’une façon détaillée et approfondie la densité des comportements sonores et non sonores qui convergent dans la procession du Vendredi saint. Les enchères publiques qui règlent la participation à la procession, « l’effusion de sons » des crécelles agitées par les enfants, la percussion des chaînes sur la croix du Christ, les chants des femmes et les chants à l’Etendard, tous ces comportements sonores et rituels démontrent que les citoyens de Mesoraca font partie intégrante d’une culture « verbomotrice » (Ong 1970 : 167-68 et 1986 : 101), à travers laquelle ils redéfinissent les espaces physiques urbains qu’ils habitent.

7Le deuxième chapitre, « Foires et marchés », est consacré au monde sonore des bergers, qui occupe l’espace naturel du territoire de Mesoraca. « La préférence d’un certain type de timbre et de couleur de son et sa manifestation publique lors des discussions et des achats à la foire a valeur de signature de sa propre présence au sein du système socio-économique des bergers » (p. 106). Ainsi, en retraçant les lieux, les époques des foires et des marchés, et la manière dont les bergers s’y rendent, choisissent et acquièrent le nouvel équipement sonore de leur troupeau, effectuent son accordage et sa mise en marche, l’auteur restitue l’esthétique sonore et la culture pastorale de Mesoraca : une culture commune à tout le centre et le sud de l’Italie, où la pratique de l’écoute et l’orientation acoustique assument un rôle central.

8Le dernier chapitre de la première section est la juste conclusion du précédent. « Les voies sonores de la transhumance » illustre comment chaque berger attribue une sonnaille spécifique à chaque bête de son troupeau (chèvres, brebis ou vaches), comment il recherche aussi bien le juste effet des différents sons que leur ensemble pour connoter son propre troupeau. L’auteur présente plusieurs exemples concrets du caractère fondamental du son dans le cycle de la vie d’un berger. Parmi ceux-ci, la transhumance est tellement importante qu’Antonello Ricci baptise « parcours sonores » les chemins et les sentiers sur lesquels sont conduits les animaux lors de cette délicate opération de déplacement (p. 143). A travers le récit de son expérience en compagnie d’Alessandro Perri en 1994, l’auteur retrace un univers sonore extrêmement raffiné, qui ne démontre pas seulement l’habileté acoustique des bergers, mais aussi la complexité du monde symbolique construit par ces derniers.

9La deuxième partie du volume, Le temps des sons, est consacrée à trois moments de l’année retenus par l’auteur comme étant fondamentaux dans la construction de l’univers sonore de Mesoraca : la commémoration des saints et des morts, la période de Noël et enfin les neuvaines du soir, organisées à l’occasion de certaines fêtes.

10Le rapport avec le monde des morts nécessite un investissement acoustique complexe, du son des cloches des églises à « l’empreinte sonore des enterrements », rièpitu, la lamentation funèbre que les femmes entonnent autour du cercueil pendant la veillée funèbre.

11La cornemuse, jusque-là brièvement citée dans le cadre du monde de l’élevage ovin et des veillées des saints, acquiert un rôle central dans le chapitre consacré à la période de Noël : les trois nuits de Noël, de la Saint Sylvestre et du Vattìsimu (le 5 janvier). À Mesoraca, on joue de deux types de cornemuses : la stifetta et la cornetta a chiave ; des instruments essentiellement solistes, utilisés aussi bien pour exécuter des morceaux instrumentaux que pour accompagner le chant. À côté des professionnels de la pratique musicale, l’auteur relève une capacité largement répandue de donner vie à une action musicale, qui laisse supposer « une compétence sociale de la musique garantie pas la compétence individuelle des faiseurs de musique » (p. 197). La cornemuse est au sommet de l’univers symbolique acoustique de Mesoraca. Le fréquent échange de visites nocturnes ritualisées des joueurs de cornemuses dans les maisons, les émotions et les sensations physiques que ces événements musicaux produisent démontrent l’enchevêtrement des liens individuels et collectifs sur lesquels se basent « la parenté et les autres formes d’alliance, l’économie et la distribution du pouvoir, la religion et le rapport avec la mort, l’imaginaire, l’esthétique » (p. 207).

12Le dernier chapitre se décline au féminin. Les rosaires chantés qui se déroulent pendant les neuvaines, à l’église ou à la maison, sont en effet des occasions de rencontres exclusivement féminines. Ils sont effectués avec une technique particulière : « la structure sonore (mélodico-harmonique), même avec la simplicité du récitatif, se développe sur deux notes de bourdon : la note grave a une intonation indéfinie et se maintient dans le registre du parlé, la note aiguë semble suspendue au-dessus d’une note finale imaginaire, ce qui donne à la prière un caractère psalmodique » (p. 222). Le chapitre se termine par un curieux paragraphe sur la clédonomancie, une forme divinatoire basée sur l’interprétation de signes sonores.

13L’intimité culturelle et le respect pour les habitants de Mesoraca sont particulièrement soulignés dans la conclusion du volume, Gente e suoni di paese, dans laquelle l’auteur énumère les noms, les lieux et les compétences des personnes qui ont contribué à la restitution de la dense construction harmonique du paysage sonore de la contrée. Cette intimité, pour ne pas dire l’affection de l’auteur envers les personnes concernées, apparaît aussi évidente dans l’élaboration du DVD, qui rend particulièrement tangibles les descriptions et les analyses du texte.

14Le DVD comporte quatre sections : Territori, Film, Suoni, Immagini. Dans la première se trouvent reproduites quatre cartes géographiques sur lesquelles ont été reportés les principaux lieux de la recherche. À partir de chacune d’entre elles, on peut se référer aux contributions des autres sections. La section Immagini présente les 131 photographies en noir et blanc déjà publiées dans le volume de 1996. L’auteur les définit comme les « images des sons » car elles complètent visuellement le monde sonore décrit dans l’ouvrage. La section Suoni contient trente pièces musicales (déjà publiés en CD : Ricci 1996b) présentées selon l’ordre chronologique de leurs occasions de jeu. On a associé à leur écoute des images, en partie déjà présentes dans la section Immagini, en partie nouvelles. Le montage entre sons et images est émouvant et suggestif. Quant à l’analyse des morceaux, elle est reproduite dans les pages du livre, au chapitre Vita musicale di un paese.

15De la section Film, le mélange de prises de vue réalisées sur une longue période apparaît particulièrement efficace, surtout dans la monographie en huit chapitres centrée sur le personnage d’Alessandro Perri. Dans sa monographie, en mélangeant habilement les prises de vue réalisées entre 1994 et 2011, Ricci nous plonge dans la vie quotidienne de ce berger, joueur de cornemuse, et de sa famille. La richesse de la documentation et son étalement dans le temps permettent de reconstruire le travail et les différents aspects du métier du berger, avec une attention admirable envers ses gestes, ses paroles et ses silences. La continuité de cet ancien métier et sa transmission entre les différentes générations sont ainsi mises en évidence : les mêmes gestes, les mêmes mots, les mêmes silences d’Alessandro sont progressivement absorbés pas son fils Maurizio.

16Ricci ne se limite pas à retracer et à documenter avec précision les événements culturels, sujets de son enquête ; mais, à travers leur description minutieuse, leur distribution dans le temps et l’espace tout comme dans la société, il reproduit aussi admirablement les fonctions de ces sons, le monde symbolique qui les construit, et leur sens.

Haut de page

Bibliographie

CARPENTER Edmund et Marshall McLUHAN, 1966, « Spazio acustico », in La comunicazione di massa, édité par E. Carpenter et M. McLuhan. Florence : La Nuova Italia éditrice : 82-90.

CHION Michel, 1983, Guide des Objets sonores. Paris : INA-Buchet-Chastel.

HERZFELD Michael, 2003, Intimità culturale. Antropologia e nazionalismo. Naples : L’ancora del Mediterraneo.

ONG Walter, 1970, La presenza della parola. Bologne : Il Mulino.

RICCI Antonello, 1996a, Ascoltare il mondo. Antropologia dei suoni in un pase del Sud d’Italia. Rome : Il Trovatore.

RICCI Antonello, 1996b, Mesoraca. Vita musicale di un paese di Calabria. CD, AIMP (Archives Internationales de Musique Populaire), Genève / VDE Gallo CD-872.

RICCI Antonello et Roberta TUCCI, 2004, La capra che suona. Immagini e suoni della musica popolare in Calabria. Rome : Squilibri.

SCHAEFFER Pierre, 1952, À la recherche d’une musique concrète. Paris : Le Seuil.

Haut de page

Notes

1 Anthropologue et musicien, professeur à l’Université La Sapienza de Rome.

2 L’auteur, calabrais d’origine, a consacré plusieurs publications à la musique traditionnelle calabraise, notamment en collaboration avec Roberta Tucci. Leurs recherches sont très bien exposées dans un volume publié en 2004 par Squilibri.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fulvia Caruso, « Antonello RICCI : Antropologia dell’ascolto a Mesoraca (1991-2011) », Cahiers d’ethnomusicologie, 26 | 2013, 289-293.

Référence électronique

Fulvia Caruso, « Antonello RICCI : Antropologia dell’ascolto a Mesoraca (1991-2011) », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 26 | 2013, mis en ligne le 20 février 2014, consulté le 24 mars 2017. URL : http://ethnomusicologie.revues.org/2089

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page