Navigation – Plan du site
Livres

Jérôme CLER : Yayla. Musique et musiciens de village en Turquie méridionale

Paris : Geuthner, 2011
Ariane Zevaco
p. 279-282
Référence(s) :

Jérôme CLER : Yayla. Musique et musiciens de village en Turquie méridionale, Paris : Geuthner, 2011. 362 p., ill. coul., 1 CD encarté

Texte intégral

1Jérôme Cler offre, par cette publication attendue de longue date, une somme de ses travaux de recherche sur les répertoires et les pratiques musicales des montagnes du Taurus occidental, au sud-ouest de la Turquie. L’ouvrage ne consiste néanmoins pas en une simple monographie. Les recherches ici restituées concernent une zone restreinte : le massif de Boz Dağ et son arrière-pays (les yayla, c’est-à-dire les anciens pâturages d’été, de Çameli), ainsi que la plaine contiguë d’Acıpayam. Les villages et les pratiques socio-musicales de leurs habitants sont envisagés en fonction les uns des autres, mais aussi dans leurs confrontations à l’espace extérieur (local, régional, national, et au-delà). Les problématiques ethnomusicologiques qui sous-tendent la réflexion de l’auteur partent de la recherche de terrain, dans deux villages de montagne, et sont également envisagées dans une perspective plus large, soit dans une démarche théorique, ou philosophique, où l’auteur explicite les notions qu’il considère comme cruciales pour la compréhension de cette société, soit, pour certaines pratiques, en enrichissant son propos de comparaisons avec l’Europe orientale ou l’Asie centrale.

2Ainsi, au-delà de l’ethnographie, menée de manière vivante et enrichie de nombreuses « anecdotes de terrain » reflétant l’empathie de l’auteur avec ce monde, dont il pratique la musique, le travail d’interprétation reflète, par sa langue et ses références, les affinités de l’auteur avec la littérature et la philosophie. Jérôme Cler défend une façon de mener la recherche, une « herméneutique ethnomusicologique » telle qu’il l’a définie en 2001 : « un très long processus, où tout se passe entre : entre l’un et les autres, entre le terrain et le “laboratoire”, entre les langues, leurs sous-entendus, leurs implicites respectifs. De sorte que la recherche apparaît comme un devenir dans lequel le chercheur et ses interlocuteurs sont tous deux emportés » (Cler 2001 : 31-32).

3L’idée d’« entre-deux » constitue justement un fil majeur de la trame de pensée et du récit anthropologiques de l’auteur, tant pour rendre compte des situations et des pratiques des musiciens des yayla (situations géographique, historique, sociologique, répertoires et modèles musicaux) que pour évaluer son propre positionnement. Il clarifie ce dernier dès le début de l’ouvrage, en avant-propos, offrant un historique de sa relation avec ce terrain où il a trouvé, dit-il, « le lieu et la formule. […] Le lieu : altitude, légèreté de l’air, splendeur tout à l’entour. La formule : derrière le répertoire varié qui m’était révélé, j’entendais comme une formule unique, une ritournelle primordiale » (p. 20). En parallèle d’un attachement personnel assumé, « le lieu et la formule » ainsi définis sont bien au cœur des investigations ethnomusicologiques de Jérôme Cler, à travers les rapports socio-musicaux à l’espace et au territoire, et l’appréhension du temps, historique, mémoriel, passé, présent et futur. Enfin, l’auteur est bien à la recherche de la « structure », des fondements « culturels », des « modèles » – autant de termes jalonnant l’ouvrage – qui sous-tendent les pratiques et les airs musicaux. Le point de vue adopté est ainsi celui d’un « fait musical total » dont l’agencement de l’ouvrage témoigne, sous forme d’une boucle, de la situation historique et géographique locale des territoires concernés à leur place au sein de la « société globale », ou globalisée. La « ritournelle » (ainsi que le « galop », notions empruntées par Cler à Deleuze et Guattari) apparaît ainsi non seulement comme un concept-clé pour rendre compte des musiques produites dans les yayla, basées sur la répétition, mais aussi comme le fil conducteur du récit, témoignant des « entre-deux », voire du « secret », qui caractérisent les exécutions musicales des yörük (pasteurs semi-nomades, litt. « les gens qui marchent », p. 33).

4Les deux premiers chapitres présentent le « milieu » (p. 57) historique, géographique et ethnique des musiques et des musiciens : l’« ascendance nomade » (p. 33), turkmène (p. 41), et l’ancrage dans un territoire spécifique (rural et montagnard, régulièrement opposés, quoique connectés, à la ville et à la plaine) en constituent des paramètres fondateurs. L’auteur propose donc une « géo-musicologie » (p. 47) historique de cette petite région du Taurus (premier chapitre), puis campe la situation des villages étudiés (deuxième chapitre), tant géographique (morphologie, agriculture, configuration de l’habitat) que sociologique (lignages, pratiques matrimoniales, réseaux amicaux). Après la présentation des musiciens dont les figures et les pratiques seront étudiées tout au long de l’ouvrage, le second chapitre se clôt sur la transmission du savoir musical, qui relève de « l’imprégnation » (p. 80). Cette dernière est définie à la fois comme l’appropriation par le musicien de la musique comme « “objet extérieur”, disponible » (p. 80) à capter, dans une proximité immédiate donc, et comme résultante d’une superposition d’âges différents formant « les stratifications de la mémoire musicale » (p. 82). Ainsi, l’imprégnation apparaît comme l’un des principes de la musique en « performance » : une musique en événement, individuée et particulière (au musicien, à l’auditoire, au contexte spatial et temporel), mais qui porte en filigrane les traces d’une mémoire plus ou moins lointaine qu’elle réactualise à chaque fois, thème ensuite développé au chapitre 4. Après un troisième chapitre consacré à l’étude organologique des instruments de musique, et notamment du petit luth à trois cordes üçtelli bağlama, le troisième et le quatrième chapitres sont employés à l’analyse des différents espace-temps sociaux de la pratique et de la pensée musicales. En particulier, la question du temps (passé, enfance, souvenir, temps « vécu ») fait l’objet du quatrième chapitre. En évoquant les anciens yaranlık (réunions amicales), les rythmes différenciés de la vie quotidienne qui se superposent, les représentations cosmologiques et religieuses (cycles annuels), l’auteur s’attache à définir la « conscience du temps » (p. 124) dans les yayla. Elle est caractérisée par une alternance de lenteurs, d’accélérations et de répétitions et, comme la musique, est désignée par ses acteurs en termes d’événements, d’affects et d’actions. L’auteur évoque aussi les sauts générationnels, analysés en termes de « mutation ». Les modalités sociales de l’« occasion » musicale sont ensuite développées au cinquième chapitre, dans le continuum de l’analyse du rapport des villageois au temps et au territoire : la musique « signifie la rupture, l’assignation d’un temps au divertissement festif, qu’il soit individuel, interactif, cérémoniel, aux interactions complexes (noces) » (p. 145). Les différentes configurations des solidarités, des espaces et des temporalités lors des événements musicaux, se manifestent dans les réunions familiales, villageoises, ou encore celles des « confrères », petits notables de la ville d’Acıpayam, dont les familles sont issues des yayla et qui y reviennent volontiers pour organiser des piknik (p. 150). Ces différents espaces, tout comme celui de de la danse, sont l’occasion pour Jérôme Cler d’affiner la définition du territoire comme « acte […] de territorialiser » (p. 158).

5Les chapitres 6 (« Rythme ») et 7 (« L’ordre des hauteurs : échelle et économies modales ») sont ensuite dédiés à l’analyse musicologique du répertoire, à commencer par le rythme, concept central du livre. Il s’illustre ici dans l’aksak (système d’organisation du cycle rythmique, ici en quatre temps et demi, soit neuf pulsations groupées 2+2+2+3, à différents tempi) et est affirmé comme un « modèle culturel » (p. 199). Le chapitre suivant, « petit traité du bağlama », détaille avec minutie les différentes techniques de jeu du luth, en particulier à travers la distinction entre jeu « conatif », pour faire danser, et jeu « méditatif », solitaire. L’étude du répertoire par l’auteur est menée à partir de sa pratique du luth et des dialogues entretenus avec son principal informateur Hayri Dev. Le CD accompagnant l’ouvrage permet d’entendre l’ensemble des exemples musicaux ici transcrits et analysés. Au chapitre 9, les discours portés sur les différents genres musicaux, leurs rapports et leurs traitements différents selon les contextes, permettent à l’auteur de dégager un modèle sous-jacent de la performance, qui est à envisager « sur le mode du manque […] affirmé dans la valorisation d’une expressivité non-verbale » (p. 284). La relation au texte poétique est l’objet du chapitre suivant, dans lequel l’auteur recherche comment les poèmes, pour la plupart perdus ou oubliés et donc non-verbalisés, fonctionnent néanmoins comme fondement de la pratique instrumentale. À travers l’étude des équivalences entre la métrique poétique et le rythme musical, le système de la « ritournelle territoriale » est défini comme l’interaction permanente entre trois niveaux : chorégraphique, prosodique, et mélodique (p. 290). Aux « petites formes » des musiques des yayla caractérisées par une « fonction impressive » (ou conative) sont opposées les « grandes formes » lyriques à « fonction expressive », telles que le gurbet havasi, ou chant d’exil, caractéristiques des terres de plateau. C’est pourquoi Jérôme Cler qualifie les premières de « pratique mineure » au sein d’un « monde majeur » (p. 311) ; représentation développée au dernier chapitre (« Le village et la société globale »), qui décrit et analyse, en termes de résistance, les relations de l’espace socio-musical des yayla aux altérités des mondes extérieurs plus ou moins proches. Les rapports aux mondes musicaux officiels, ou alévi, y sont notamment explorés, et l’auteur affirme son travail comme la proposition « d’une interprétation nomade d’un art, et du même coup d’une société où l’imperceptible et le secret permettent d’éviter que rien ne se fige ». Et, quoique « le fonds nomade perdure » (p. 334), les oppositions entre mondes nomade et sédentaire, rural et urbain, alévi et sunnite ne sont pas si marquées : les musiques des yayla sont toujours à comprendre dans un « entre-deux ».

6Complétée par des exemples audio (CD) et vidéo (consultables sur internet) précisément référencés au fil de la lecture, l’étude que présente Jérôme Cler défend une ethnomusicologie du temps long, dans laquelle l’implication personnelle du chercheur-musicien est partie prenante des opérations d’interprétation. Cet ouvrage offre une analyse musicale et anthropologique complète, soucieuse autant du détail et du réel que des paradoxes et contradictions, en bref du caractère mouvant qui construit le monde musical des yayla autant que le travail du chercheur.

Haut de page

Bibliographie

CLER Jérôme, 2001, « Le terrain et son interprétation. Quelques aspects de l’herméneutique en ethnomusicologie », in Jacques Viret, dir. : Approches herméneutiques de la musique, Strasbourg : Presses Universitaires de Strasbourg, 2001 : 29-38.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ariane Zevaco, « Jérôme CLER : Yayla. Musique et musiciens de village en Turquie méridionale », Cahiers d’ethnomusicologie, 26 | 2013, 279-282.

Référence électronique

Ariane Zevaco, « Jérôme CLER : Yayla. Musique et musiciens de village en Turquie méridionale », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 26 | 2013, mis en ligne le 20 février 2014, consulté le 30 avril 2017. URL : http://ethnomusicologie.revues.org/2084

Haut de page

Auteur

Ariane Zevaco

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page