Navigation – Plan du site
CD

German & Claudia Khatylaev : Arctic Spirit. Music from the Siberian North – Sakha People

1 CD Borealia, 2011
Henri Lecomte
p. 288-290
Référence(s) :

German & Claudia Khatylaev : Arctic Spirit. Music from the Siberian North – Sakha People. 1 CD Borealia, 2011. Enregistrements : Bert Jickty ; textes : Émilie Maj ; photos : M. Dubrovskaya, V. Bayev, E. G. Arbufayeva, N. Dyakonov, É. Maj. http://www.borealia.eu/ed_khatylaev.html

Texte intégral

1Émilie Maj, qui travaille depuis de nombreuses années en République Sakha (Yakoutie), est anthropologue, titulaire d’un doctorat de l’École pratique des hautes études (Paris) sur l’utilisation et la valeur symbolique du cheval chez les Yakoutes. Elle s’intéresse également à leur musique, invitant en Europe des musiciens comme les Khatylaev ou Spiridon Chichiguine, célèbre joueur de guimbarde khomus, instrument qu’elle-même pratique. Le CD qu’elle a produit est consacré à deux musiciens sakha, German et Claudia Khatylaev, qui s’inscrivent dans un courant nommé parfois l’« ethno-folk ». German et Claudia, qui sont mari et femme, ont à cœur de transmettre leur culture, d’une part à l’étranger (ils se sont produits notamment en Belgique, en France et en Suisse), mais également au sein de la République Sakha où ils soutiennent des groupes locaux de jeunes musiciens, comme Kustuk, Tolbon ou Tekim. Ils ont également enregistré des CD distribués localement, leur seule publication en Occident étant leur participation, au sein de l’ensemble Tos-Khol ou en duo, à un CD produit par Ted Levine (1999).

2La présente compilation, richement illustrée, permet d’entendre les principales formes vocales sakha, qu’il s’agisse de la technique du dieretti – où sont utilisés micro-intervalles, sons de gorge, passages rapides de voix de tête en voix de poitrine, accompagnés de coups de glotte (kylysakh), le rythme du chant et la répartition des syllabes étant fluctuant – ou de celle du degeren – qui fait appel au système tempéré ainsi qu’à une répartition régulière des syllabes et des rythmes. Les imitations d’animaux sont également présentes, notamment celle du cheval, qui est au cœur de la culture sakha.

3Le texte donne de nombreuses informations sur les différentes techniques vocales, ainsi que la description des instruments, à commencer par la guimbarde khomus, instrument emblématique de la culture sakha (il existe ainsi un Musée du khomus à Yakoutsk, la capitale). On peut entendre également le tambour sur cadre düngür, autrefois réservé aux chamanes, le dzharga, bâton pourvu de sonnailles en bois, des hochets en sabots de rennes ou la grande trompe de bouleau aïaan, dérivée des appeaux pour la chasse, ainsi que le luth basse à deux cordes bas tangsur, sans doute d’origine récente, et une guitare acoustique.

4J’aurais une petite réserve sur l’origine supposée mongole de la vièle kyrympa (qui serait inspirée par le morin khuur). Le texte indique que le mot ne vient sans doute pas du russe skripka (qui signifie « violon »), comme il est courant de l’entendre dire, mais du mot sakha kyl qui désigne le crin dont sont faites les cordes. Il existe en fait deux sortes de kyrympa, dont l’un est un violon monoxyle à quatre cordes, de type européen. Celui dont joue German Khatylaev comporte une caisse de résonance tubulaire qui évoque le erhu chinois à deux cordes ou des vièles monocordes de peuples toungouses, telles que le ducheké nanaï, le dudumanku orotch, le dzukyanku oudégué, le tekkere oulta, le sirpakta oultch, ou encore le tyn’gryn des Nivkh de l’embouchure de l’Amour et de l’île de Sakhaline. La technique de jeu est très différente de ces vièles comme de celle du morin khuur, puisque le manche (joué en position verticale) est celui d’un violon européen et que les deux cordes sont pressées sur la touche alors que, pour la vièle mongole, elles sont pressées sur le côté, sans appuyer sur le manche.

5Ce CD offre l’avantage de montrer que la culture sakha est vivante et que l’on peut être né à la campagne, être imprégné de musique traditionnelle, tout en ayant une attitude nouvelle. Ainsi, plusieurs morceaux ont été enregistrés en re-recording, parfois mixés avec des hennissements de chevaux. Les imitations d’autres animaux, comme les oiseaux, plus traditionnelles, sont également présentes et voisinent avec le tchabyrgakh, sorte de « parler-précipité » proche du rap, mais d’origine ancienne contrairement aux apparences, mixé avec des imitations du cheval, si important dans la culture sakha. L’intervention d’un chœur d’enfants ajoute à la volonté de transmission de la musique sakha aux jeunes générations et nous permet de comprendre l’aspect identitaire, souvent primordial chez ces populations qui ont besoin de se définir, dans une fédération majoritairement habitée par des Européens.

6Sont également décrits les thèmes des chansons créées par les artistes ou reprises de chants anciens généralement collectés par les Khatylaev dans les villages. Cet album atteste ainsi que le collectage n’est pas la seule manière de représenter la richesse des musiques sibériennes. En attendant le prochain CD, qui sera consacré à Spiridon Chichiguine, voici donc une excellente introduction aux musiques du centre de la Sibérie.

Haut de page

Bibliographie

LEVINE Theodore, 1999, Tuva, Among the Spirits. Sound, Music and Nature in Sakha and Tuva. 1 CD Smithsonian Folkways SFW 40452.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Henri Lecomte, « German & Claudia Khatylaev : Arctic Spirit. Music from the Siberian North – Sakha People », Cahiers d’ethnomusicologie, 25 | 2012, 288-290.

Référence électronique

Henri Lecomte, « German & Claudia Khatylaev : Arctic Spirit. Music from the Siberian North – Sakha People », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 25 | 2012, mis en ligne le 15 novembre 2012, consulté le 28 juin 2017. URL : http://ethnomusicologie.revues.org/1931

Haut de page

Auteur

Henri Lecomte

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page