Navigation – Plan du site
Thèses

Charlotte POULET : Le chant des mots. Ethnographie d’une pratique musicale irlandaise (Donegal)

Thèse de doctorat en anthropologie sociale et ethnologie, soutenue le 6 décembre 2010 à l’EHESS (Paris)
p. 311
Référence(s) :

Charlotte POULET : Le chant des mots. Ethnographie d’une pratique musicale irlandaise (Donegal). Thèse de doctorat en anthropologie sociale et ethnologie, soutenue le 6 décembre 2010 à l’EHESS (Paris). 499 pages (2 volumes), 2 CD (32 extraits sonores). Directeur de thèse : Jean Jamin. La thèse a obtenu la mention « Très honorable avec les félicitations du jury à l’unanimité »

Texte intégral

1Cette thèse étudie la pratique du chant en Irlande selon une approche ethnographique menée dans un village du Donegal. Cette pratique se distingue des autres formes musicales de la vie sociale villageoise par son apparente spontanéité et les formes d’écoute qui lui sont propres. Le chant naît au cœur des conversations animées du pub, tard dans la nuit, et ne semble répondre à aucune préméditation. Bien que les chansons qui se font alors entendre ne soient pas exclusivement chantées dans ce contexte, ce n’est que dans ce cadre qu’elles sont l’objet d’une attention solennelle et qu’elles acquièrent la faculté d’émouvoir l’audience.

2Aussi l’expérience musicale des acteurs de cette pratique a-t-elle été abordée à la lumière du contexte social et culturel dans lequel elle s’enracine.

3L’analyse de l’acte de chanter a permis de montrer qu’il était l’émanation d’un intime villageois en se déployant comme la traduction sonore d’une bonne entente. À la codification de cette pratique répond un répertoire de chansons (old songs) relatant l’expérience irlandaise d’événements historiques. Le chant investit ces énoncés de significations particulières en mêlant expériences individuelles et collectives à travers un pathos nostalgique. Elles deviennent ainsi le véhicule de marqueurs biographiques, topographiques et généalogiques qui retracent le passé et le présent du village et font écho à son réseau social. Mais plus que des mots, ce sont des émotions qui ne pourraient être exprimées ou vécues autrement qu’elles mettent en partage. Cette recherche explore la manière dont le chant concourt à l’élaboration d’un savoir local partagé et à la création d’un espace approprié (home). Cette analyse est mise en perspective avec celle des festivals de musique traditionnelle se déroulant dans la région. Si ces temps forts villageois sont des espaces de circulation des compétences, ils s’inscrivent également en une stratégie politique et économique visant à mettre en valeur et à patrimonialiser un héritage local.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Charlotte POULET : Le chant des mots. Ethnographie d’une pratique musicale irlandaise (Donegal) », Cahiers d’ethnomusicologie, 24 | 2011, 311.

Référence électronique

« Charlotte POULET : Le chant des mots. Ethnographie d’une pratique musicale irlandaise (Donegal) », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 24 | 2011, mis en ligne le 31 décembre 2013, consulté le 01 novembre 2014. URL : http://ethnomusicologie.revues.org/1812

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page