Navigation – Plan du site
Disques

Une édition d’enregistrements « ethnographiques » du Brésil

Carlos Sandroni
p. 306-309
Référence(s) :

The Discoteca Collection : Missão de Pesquisas Folclóricas. Enregistrements de Benedito Pacheco (prise de son), Martin Braunwieser, Luís Saia et Antonio Ladeira1. Texte: Morton Marks. Collection Library of Congress, Endangered Music Project. 1 CD RCD 10403.

L. H. Corrêa de Azevedo: Music of Ceará and Minas Gerais. Enregistrements de Luiz Heitor Corrêa de Azevedo. Texte : Morton Marks. Collection Library of Congress, Endangered Music Project. 1 CD RCD 10404.

Texte intégral

1Ces deux CD ont été produits par Mickey Hart et Alan Jabbour à partir de documents historiques de musique traditionnelle brésilienne. Ils reprennent des enregistrements réalisés dans le cadre des plus anciens projets de collecte « ethnographique » de la musique brésilienne. Le premier disque est consacré à la « Mission de recherches folkloriques » envoyée en 1938 par le Département de la culture de la Ville de São Paulo, au Nord-Est du pays ; le second aux enregistrements effectués peu d’années plus tard par Luiz Heitor Corrêa de Azevedo, l’un des pères de la musicologie brésilienne. La Library of Congress possède des copies de ces enregistrements, acquis dans le cadre d’échanges culturels établis entre le Brésil et les États-Unis dans les années 1940.

2La Mission de recherches folkloriques a été conçue par Mário de Andrade (1893-1945), le grand écrivain et musicologue. Lors d’un voyage au Nord-Est en 1927-1928, il avait déjà été fasciné par la musique populaire de la région. Quand, en 1936, il fut nommé à la tête du nouveau Département de la culture de la Ville de São Paulo, il conçut immédiatement le projet d’y envoyer une équipe munie d’un phonographe et d’une caméra. Un groupe de quatre personnes – sans Andrade, retenu par les affaires du Département – partit en février 1938 et ne resta que cinq mois sur le terrain car, la situation politique ayant changé, Andrade avait été renvoyé du Département. Cette mission menée dans quatre États brésiliens permit néanmoins de rapporter trente heures d’enregistrements musicaux, trois heures de films, plus de cinq cents photos, de nombreux instruments de musique et une abondante documentation écrite. Ce fonds est aujourd’hui déposé au Centre culturel São Paulo, dans la Discoteca Oneyda Alvarenga (d’où le nom de la publication).

3Les enregistrements de cette Mission sont de valeur très inégale. On y rencontre des merveilles, comme les chants de déménageurs de pianos de Recife, même s’ils sont difficilement appréciables en raison de leur mauvais état technique. D’autres ont été réalisés dans des conditions artificielles car les gens de la Mission ne pouvaient pas toujours attendre l’occasion réelle des diverses manifestations pour les enregistrer. Mais, parmi ces trente heures d’enregistrements, il y a suffisamment de bonne musique dans un bon état technique pour réaliser plus d’un CD.

4Cette publication de la Library of Congress commence par de la musique religieuse afro-brésilienne (Xangó du Pernambouc, Tambor-de-mina du Maranhão, Babaçuê de Belém du Pará). Elle passe ensuite à une Pajelança, dont le nom permet de supposer qu’il s’agit de musique amérindienne, mais qui est en l’occurence chantée par le même mestre du Babaçuê. Inversement, celui-ci est censé faire de la musique afrobrésilienne ; mais la photo de couverture le montre dans sa maison de culte avec, au fond, l’image d’un Indien peinte sur le mur. Il s’agit en fait dans les deux cas de mélanges musicaux typiquement brésiliens, chantés par un mulâtre de la ville de Belém, d’ailleurs l’une des plus belles voix de toute la collection. Les morceaux suivants sont de la musique des Pancararu (et non « Pancaru », comme il est écrit sur la pochette suite à une erreur des notes de la Mission), des Amérindiens regroupés par des prêtres dans le sertão du Pernambouc au XIXe siècle.

5La seconde moitié du CD commence par des cocos, des chants à danser demeurés très populaires dans la région jusqu’à aujourd’hui. Ils sont accompagnés par des tambours (zambumba, pandeiro), des hochets (ganzá) et des battements de mains suivant la fameuse formule rythmique 3-3-2. Viennent ensuite deux morceaux isolés, l’un joué à la viola solo (petite guitare à cinq chœurs de cordes doubles), l’autre étant un chant accompagné au berimbau, l’arc musical afrobrésilien, qui est d’ailleurs appelé marimba dans le texte de la chanson, d’où son titre Marimbeiro, « joueur de marimba », et non Marinheiro, « marin », comme l’écrit la pochette.

6Le CD se termine sur deux morceaux de Bumba-meu-boi, sorte de théâtre de rue chanté racontant l’histoire de la mort et de la résurrection d’un bœuf, très répandue au Brésil.

7Le CD nous présente des cocos du Ceará et de Minas Gerais. Les premiers correspondent davantage au concept établi du genre et aux morceaux publiés ailleurs sous la même rubrique. Ceux de Minas sont pour la plupart accompagnés par la viola et le violão (guitare), ce qui n’est pas très typique ; il y a même un coco – d’ailleurs très beau – joué à la viola seule. En fait, le problème de la désignation des genres musicaux populaires du Brésil est un vrai casse-tête car, selon la région, le même nom est donné à des choses très différentes.

8C’est un peu le cas, dans la partie consacrée au Ceará, de la musique de xangó, qui peut être comparée au xangó de Recife présenté dans l’autre disque. De même, encore au Ceará, pour les chansons de maracatu qui n’ont pas grand rapport musical non plus avec celles des maracatus de Recife, bien plus connus aujourd’hui. Le maracatu dont on voit la photo sur la pochette est d’ailleurs bien de Recife, et non du Ceará, ce que les éditeurs n’ont pas eu le soin de relever.

9Dans la partie consacrée à Minas, on mentionnera le beau Catopé, qui rappelle des chansons de Congados qu’on rencontre encore aujourd’hui dans la région. Signalons encore les Viçungos, des enregistrements uniques et très étonnants en tant que musique afrobrésilienne.

10Pour les deux disques, il faut tenir compte du fait que ces enregistrements ont été réalisés il y a cinquante ou soixante ans et que la qualité technique n’a pas bien résisté à l’épreuve du temps.

11Les textes des chansons sont en portugais très dialectal, et dans certains cas mélangé à des bribes de langues africaines ou amérindiennes. Une transcription complète aurait été difficile, mais il est dommage que les éditeurs n’aient pas voulu donner un aperçu des paroles chantées pour les auditeurs non-lusophones.

12Les textes de présentation des pochettes sont en anglais, avec une version portugaise très peu soignée. Les photos de couverture et de l’intérieur des pochettes sont belles, surtout celles du disque The Discoteca Collection.

13Quant au choix des morceaux, on peut dire que les éditeurs ont été plus heureux dans le disque de Luiz Heitor que dans celui de la Mission. La sortie de ces deux disque est de toute façon un événement pour ceux qui s’intéressent aux sources de la musique brésilienne.

Haut de page

Notes

1  Seul Luís Saia, le chef du groupe, est nommé dans le texte, Mais les historiens de la Mission (comme F. Toni et A. Carlini, de l’Université de São Paulo) savent qu’il s’agissait d’un vrai travail d’équipe.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Carlos Sandroni, « Une édition d’enregistrements « ethnographiques » du Brésil », Cahiers d’ethnomusicologie, 11 | 1998, 306-309.

Référence électronique

Carlos Sandroni, « Une édition d’enregistrements « ethnographiques » du Brésil », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 11 | 1998, mis en ligne le 07 janvier 2012, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://ethnomusicologie.revues.org/1692

Haut de page

Auteur

Carlos Sandroni

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page