Navigation – Plan du site
Hommage
Hommage à Munir Bashir

Munir Bashir, l’homme

Chérif Khaznadar
p. 221-225

Texte intégral

1C’est à Venise, au tout début des années soixante-dix, lors de l’une de ces grand-messes qu’organisait Alain Daniélou réunissant autour de lui les principaux directeurs de festivals de musique, que j’entendis pour la première fois le nom de Munir Bashir de la bouche de Habib Hassan Touma. L’indianiste Daniélou vantait les qualités « classiques » des grands interprètes indiens et citait la chanteuse de râga Damal Krishna Pattamal. Il reconnaissait celles de la Japonaise joueuse de biwa Tsuruta Kinshi et de certains musiciens iraniens. La musique arabe n’avait pas droit à la même considération. Habib H. Touma soutenait le contraire et vantait à un auditoire sceptique les mérites du joueur de ‘ûd Munir Bashir. Convaincu par ses arguments je décidais d’inviter l’artiste irakien au Festival des Arts Traditionnels que je créais à Rennes. C’est ainsi que, quelques mois plus tard, devait naître une amitié de plus de vingt ans.

Il faut éduquer

2Au premier Festival des Arts Traditionnels, en 1974, j’avais programmé Munir Bashir pour un soir dans une salle de soixante places. Elle était remplie au tiers d’étudiants arabes qui se firent une joie et un devoir au bout de quelques mesures de taper en rythme dans leurs mains. Munir Bashir s’arrêta alors de jouer et, d’une voix dure, cassante, il leur dit, en arabe, que s’il entendait le moindre claquement de mains ou soupir ou exclamation de satisfaction il cesserait immédiatement de jouer. Il s’en suivit un long, très long silence pendant lequel le maître se concentrait et, plusieurs minutes plus tard, il reprit le concert dans un silence de mort. Cet incident n’était pas le premier du genre : l’artiste en était coutumier. « Il faut éduquer notre public arabe », aimait-il à répéter.

3L’éducation du public a été l’obsession permanente de Munir Bashir et l’action à laquelle il a consacré le plus de temps, d’efforts et d’énergie. Il partait de la constatation suivante : les jeunes Arabes ne savent plus apprécier la musique parce que celle-ci est absente de leur éducation. La seule musique à laquelle ils sont exposés est celle qu’ils entendent dans les films égyptiens, à la radio, à la télévision : une musique de variétés, une musique de divertissement qui se déverse sur la nation arabe comme un soporifique. « De tous les publics que j’ai connus, aimait-il à dire, le seul qui bat le rythme à contre-temps est le public arabe » ; aussi c’est dès l’enfance qu’il faut lui apprendre la musique, et pas n’importe quelle musique, la musique arabe en priorité. Pour ce faire il fit réaliser des instruments en modèles réduits d’un tiers ou, suivant les cas, de deux tiers pour qu’ils puissent servir à l’enseignement des enfants. Sa grande joie et fierté était de montrer à ses visiteurs à Bagdad des ensembles de jeunes enfants jouant de la musique arabe classique. « Je ne veux pas en faire des virtuoses, des singes savants, mais un futur public qui, parce qu’il saura ce qu’est la musique, sera exigeant ».

4Parallèlement à l’enseignement des enfants il se consacra à la formation des musiciens adultes. Ceux-ci devaient apprendre que la musique n’était pas seulement un don mais aussi une longue pratique, qu’elle nécessitait un entraînement quotidien, entraînement auquel les musiciens arabes n’étaient pas forcément habitués. Aussi, au Ministère de la Culture d’Irak, les musiciens-fonctionnaires ne faisaient pas seulement (comme on le voit souvent dans d’autres pays arabes) acte de présence en bavardant et sirotant du café ou du thé, mais ils étaient contraints à répéter, à travailler inlassablement. Le Directeur de la Musique qu’était Munir Bashir dans son pays était un homme sévère, exigeant, certains même le qualifiaient de despotique.

Munir Bashir et son fils Omar

Munir Bashir et son fils Omar

Photo: D.R.

Donner à la musique arabe une audience internationale

5Les quelques spectateurs rennais de 1974 firent une telle propagande autour du concert auquel ils considéraient avoir eu le privilège d’assister que, l’année suivante, je programmais au Festival des Arts Traditionnels, Munir Bashir dans une salle de quatre cents places. Dans le public, le critique du Nouvel Observateur Maurice Fleuret lui réserve un accueil enthousiaste et, le 21 Avril 1975, il publie un article qui fera date : « L’an dernier, le joueur de luth irakien Mounir Bashir avait fait sensation. On découvrait enfin la musique arabe dans sa pureté originelle, avec cette rigueur, ce raffinement, cette intensité secrète qui n’appartiennent qu’à elle. Car si l’Inde, l’Iran et l’Indonésie sont désormais acceptés par l’Occident, s’ils ont leurs fans et leurs exégètes, leurs festivals et leurs collections de disques, les pays de culture musicale arabe restent victimes de nos préjugés d’oreille… ». Munir Bashir a été particulièrement touché par cet article qui donnait enfin une réalité à la lutte qu’il avait entreprise depuis plusieurs années : la réhabilitation de la musique arabe auprès des publics et des spécialistes occidentaux. Auprès des premiers, il n’avait comme moyen d’action que de multiplier sa présence sur les scènes européennes et de faire participer les troupes qu’il avait formées au Ministère de la Culture irakien à un maximum d’événements internationaux. Les spécialistes, eux, étaient invités en Irak pour assister à des festivals, des colloques, des séminaires nationaux ou internationaux dont le thème était inlassablement celui de la musique arabe. Les musicologues, critiques, directeurs de festivals purent ainsi progressivement apprécier les différents genres musicaux arabes et apprendre à mieux connaître cette musique, et enfin, la cerise sur le gâteau, écouter, en privé, Munir Bashir chez lui, à la lumière d’une bougie.

Le mystique

6Munir Bashir entrait en concert comme on entre en religion. Une longue concentration précédait chacune de ses interprétations. Il avait besoin d’un profond recueillement de son auditoire, le moindre bruit, le moindre mouvement le déconcentraient. Deux éléments complémentaires étaient le premier indispensable, le second souhaitable : la quasi obscurité et du parfum (de préférence de l’encens) dans l’air. Retrouvait-il ainsi l’atmosphère des églises où il aimait tant jouer et que, chrétien en pays musulman, il avait perdu l’habitude de fréquenter en Irak ? Toujours est-il que son troisième concert à Rennes eut lieu dans une église en 1979 à la seule lumière des chandelles. Chez lui, à Bagdad c’est à la lumière de sa lampe préférée (ces foisonnements de fibres optiques qui s’éclairent comme un buisson à leur extrémité et qui virent d’une couleur à l’autre) qu’il aimait se recueillir et jouer parfois pendant des heures captivant ses invités au point que, tétanisés, c’est ankylosés et courbatus par l’immobilité dans laquelle nous plongeait son jeu que nous le quittions tard dans la nuit. Pendant ces heures, Munir Bashir n’était pas avec nous, nous le sentions parti, ailleurs, très loin, plongé dans un monde second en dialogue avec ses auteurs préférés, les mystiques soufis. Les parfums l’obsédaient, il les choisissait avec le plus grand soin et toujours en fonction des maqâmat qu’il interprétait. « Chaque maqâm a un parfum » me répétait-il, et il voulait que je trouve le moyen de le mettre en contact avec un maître parfumeur qui réaliserait son rêve : créer le parfum de chaque maqâm. « Nous pourrons ainsi éduquer l’oreille et l’odorat en même temps, mettre dans un coffret des disques et des essences de parfum, et le public pourra découvrir avec chaque musique le parfum qu’elle évoque ». Quand il se laissait aller à rêver à haute voix devant moi, il allait jusqu’à imaginer comment la vue, le toucher, le goût pouvaient également être associés à ses maqâmat. Le rêve se terminait par un grand éclat de rire, puis par un « Mais je suis sérieux, très sérieux ».

L’homme haï

7Autant Munir Bashir pouvait être adulé par son public et par les spécialistes (je me souviendrai toujours du sourire de joie de Maurice Fleuret, quelque temps avant sa disparition, lorsque le jury auquel nous participions tous deux décerna en 1989, à l’unanimité, le Grand Prix UNESCO à Munir Bashir) autant il pouvait être haï – et le mot n’est pas trop fort – par un groupuscule de personnes. Il eût été superflu d’en parler si Munir Bashir n’en avait pas souffert, d’autant plus que ses détracteurs étaient essentiellement des Arabes, et plus particulièrement des Irakiens. Les plus féroces de ses ennemis étaient, et ceci n’est pas pour surprendre, des personnes qu’il avait soutenues, aidées dans leur formation ou leur travail. Fort heureusement, leurs attaques n’eurent que peu d’effet sur le déroulement de sa carrière. Il fut accusé principalement d’être protégé par Saddam Hussein. Cela est vrai, il occupa longtemps le poste de Directeur de la Musique au Ministère de la Culture d’Irak, à ce titre il put mener l’action évoquée plus haut et être le promoteur d’une politique musicale non seulement au niveau de son pays, mais aussi en tant que Secrétaire général de l’Académie Arabe de Musique, académie qu’il dynamisa d’une manière fulgurante. Munir Bashir avait besoin de ces fonctions pour pouvoir mener à bien les missions qu’il s’était données. Pour s’y maintenir, il dut avaler un certain nombre de couleuvres que sa fierté et la sécurité des siens lui interdisaient de révéler. Ce n’est que quelques mois avant sa mort qu’il en fit état dans le deuxième volume de ses mémoires, livre inédit à ce jour en raison, semble-t-il, de pressions exercées sur ses potentiels éditeurs. Il faut se souvenir aussi qu’à l’époque où Munir Bashir était soutenu par Saddam Hussein, ce dernier était lui-même soutenu par tous ceux qui voyaient en lui, et à juste titre, l’ultime barrière contre l’intégrisme iranien. Nous n’avons d’ailleurs qu’à nous souvenir de toute l’aide internationale apportée à la création du Festival de Babylone dont Munir Bashir fut le grand ordonnateur. Les détracteurs de Munir Bashir parlent moins de ses années d’exil entre Budapest et Amman où il n’avait emporté pour tout bagage que ses cassettes de musique et ses instruments. On n’évoque pas non plus les multiples attentats fictifs dont il était la victime et qui préfiguraient pour lui la réelle mise à mort. Je me souviens pour ma part de cette réunion, il y a quelques années, du Comité pour les Arts extra-européens à Amsterdam, au cours de laquelle Frans de Ruiter me remit un message que je venais de recevoir m’informant de la mort de Munir Bashir dans un accident de voiture entre Bagdad et Amman : une intox !

L’héritage

8En 1994, je décidai de terminer ma direction du Théâtre du Rond-Point à Paris par un grand concert, et c’est tout naturellement à Munir Bashir que j’ai pensé, à celui que j’avais régulièrement invité depuis 1983 à la Maison des Cultures du Monde à Paris. Il accepta d’emblée mais me demanda de profiter de ce concert pour présenter son fils Omar. J’hésitai, puis acceptai sans me douter qu’avec ce concert Munir Bashir préparait sa succession ; son fils est en effet le seul disciple qu’il laisse. Trois mois avant sa mort, lors de son dernier concert pour la Maison des Cultures du Monde, je lui avais demandé de réaliser l’enregistrement didactique de tous les maqâmat de la musique arabe qu’il était le seul à pouvoir interpréter et commenter. Il devait y travailler.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Munir Bashir et son fils Omar
Crédits Photo: D.R.
URL http://ethnomusicologie.revues.org/docannexe/image/1637/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 827k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Chérif Khaznadar, « Munir Bashir, l’homme », Cahiers d’ethnomusicologie, 11 | 1998, 221-225.

Référence électronique

Chérif Khaznadar, « Munir Bashir, l’homme », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 11 | 1998, mis en ligne le 07 janvier 2012, consulté le 19 août 2017. URL : http://ethnomusicologie.revues.org/1637

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page