Navigation – Plan du site
Thèses

Rémi Bordes : Héros, bouffons et affligés. Anthropologie d’une poésie orale himalayenne (Dotí, extrême Ouest du Népal)

Thèse de doctorat en ethnologie, 2005, Université de Bordeaux 2
p. 305-306
Référence(s) :

Rémi Bordes : Héros, bouffons et affligés. Anthropologie d’une poésie orale himalayenne (Dotí, extrême Ouest du Népal). Thèse de doctorat en ethnologie, soutenue le 17 octobre 2005 à l’Université de Bordeaux 2 – Victor Segalen, département d’Ethnologie. Directrice de thèse : Annie Hubert. 2 volumes (I : 374 p., 11 tabl., 7 cartes, 37 photos ; II (corpus) : 180 p.), CD audio.

Texte intégral

1Si l’anthropologie du monde himalayen s’est jusqu’ici surtout attachée à l’étude des institutions sociales « classiques » (organisation sociale, rituel, politique), en revanche le riche patrimoine de ses productions artistiques, au sens large, demeure un domaine assez peu exploré pour lui-même. C’est le cas notamment des répertoires plus ou moins formalisés de poésie orale, très répandus, et où l’imagination, le souci esthétique et l’aspect musical engagent un jeu sans cesse renouvelé. Leur étude est susceptible non seulement, bien entendu, de jeter une nouvelle lumière sur ces institutions au fort pouvoir structurant, mais aussi sans doute d’appréhender de manière plus immédiate les multiples manières qu’ont les individus d’habiter et de rêver leur monde.

2Ainsi, cette thèse, basée sur des enregistrements transcrits et traduits, choisit de se pencher d’un point vue textuel (l’aspect musical, confié à des recherches ultérieures, reste très subalterne dans ce travail) sur deux répertoires du piémont indo-népalais de l’extrême Ouest : les récitations épiques (bharat) des bardes de basse caste et les chants alternés populaires (deuda), deux genres fortement lies à l’identité d’une région restée jusqu’ici une sorte de vaste isolat culturel et qui ont en commun, contrairement à de nombreuses autres formes locales, d’être relativement indépendants de tout contexte religieux ou rituel.

3Après une présentation socio-historique de la région, la première partie brosse un tableau du paysage littéraire dans lequel ces récits s’insèrent, montrant notamment l’interpénétration incessante, au sein de l’« océan des rivières d’histoires », du registre savant avec le populaire, des thèmes pan-hindous avec les préoccupations locales. L’établissement d’un art poétique propre au genre épique permet de dégager la palette à laquelle les bardes recourent pour donner rythme et vigueur à leurs intentions narratives.

4Mais tout cela n’aura été que le préalable nécessaire pour opérer, depuis l’intérieur des textes cette fois, une première cartographie de l’imaginaire épique. Parmi bien d’autres portes d’entrée possibles, cette thèse, naviguant sans cesse entre différents types de sources et diverses échelles géographiques (corpus de base et variantes proches, récits apparentés dans l’Himalaya central et le monde nord-indien), plante d’abord les stéréotypes spatiaux et temporels sur lesquels la geste s’anime. Puis, s’interrogeant sur les mobiles de la violence épique, qui ne peut être seulement réduite aux données historiographiques, l’étude décline les diverses ruptures de ban de ces héros bien souvent problématiques, aux affinités bestiales et monstrueuses aussi bien qu’aristocratiques, dont les récits profèrent des gloires toujours en demi-teintes ; leur insertion singulière dans des configurations familiales et politiques complexes, notamment, peut permettre de comprendre les points sensibles de l’organisation sociale quand celle-ci s’incarne dans des trajectoires concrètes.

5Se pose alors la délicate question du « message » et de l’« intention » ; quel statut social accorder à des textes aussi délibérément muets quant à la « morale » dont ils sont porteurs  ? Les portraits passablement orientés des différents types sociaux (brahmanes, rois, ascètes), empreints d’un regard lié au bas statut des interprètes, apportent un premier élément de réponse ; plus largement, l’humour à la fois sardonique et turbulent, « carnavalesque » si l’on veut, qui fait la marque de ces récits, nous introduit une dimension importante de l’esthétique populaire, jusqu’ici peu interrogée en tant que telle, et que l’on peut qualifier de « cathartique ».

6Un détour par l’étude des chants alternés Deuda, menée selon des méthodes analogues, permet de déceler une impulsion similaire – selon des modalités toutefois différentes, et dans ces autres registres du tabou que sont l’érotisme et la plainte. Quittant le terrain proprement dit, on esquisse alors une archéologie de cette notion de catharsis, afin d’engager une réflexion sur la validité de son utilisation dans un contexte traditionnel, interdépendant et polythéiste.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Rémi Bordes : Héros, bouffons et affligés. Anthropologie d’une poésie orale himalayenne (Dotí, extrême Ouest du Népal) », Cahiers d’ethnomusicologie, 19 | 2006, 305-306.

Référence électronique

« Rémi Bordes : Héros, bouffons et affligés. Anthropologie d’une poésie orale himalayenne (Dotí, extrême Ouest du Népal) », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 19 | 2006, mis en ligne le 15 janvier 2012, consulté le 27 juillet 2017. URL : http://ethnomusicologie.revues.org/163

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page