Navigation – Plan du site

Rectificatifs

p. 313-314

La présence de cette nouvelle rubrique a été suscitée par les réactions qu’ont soulevé deux articles parus dans le volume 3/1990 des CMT, « Musique et pouvoirs ». N’est-il d’ailleurs pas dans la nature des choses qu’un tel thème provoque débats et controverses ?

Mentionnons tout d’abord le rectificatif demandé par Madame Roberte Hamayon, Directeur d’études à l’EPHE, à propos de l’article d’Alain Desjacques intitulé « La dimension orphique de la musique mongole » (CMT 3/1990 : 97-107) :

« Roberte Hamayon s’étonne d’être remerciée, en note 1 de l’article de A. Desjacques intitulé “La dimension orphique de la musique mongole”, publié dans CMT 3/1990, de “remarques pertinentes” sur ce texte dont elle avait refusé une version précédente et dont elle ignorait la version acceptée pour publication dans les Cahiers de musiques traditionnelles ».

Quant à la contribution de Marianne Mesnil, « Une flûte de Pan peu bucolique » (35-43), elle comporte une « coquille » (Marcel Cellier cité en lieu et place de Michel Célie), dont la responsabilité incombe à la rédaction des Cahiers et non pas à Mme Mesnil, et dont la victime a souhaité à bon droit exprimer son point de vue :

« J’ai lu avec intérêt l’article de Mme Mesnil paru dans les Cahiers 3/1990 et vous prie de publier le rectificatif suivant :

Dans cet article, Mme Mesnil me cite comme l’auteur d’une lettre ouverte à ELECTRECORD (Roumanie), reproduite sur la pochette d’un disque de Gheorghe Zamfir. Il s’agit là d’une méprise qui, si elle a échappé à l’attention du rédacteur de votre Revue, n’aura certainement pas induit en erreur vos lecteurs.

Or, le nom de l’auteur de ce texte (du reste imprimé en gros caractères au bas de la pochette) est : Michel Célie, écrivain, Paris.

Je laisse aux lecteurs le soin d’apprécier l’usage que Mme Mesnil fait de cette citation dans son argumentation. En marge de la confusion de Mme Mesnil quant au nom de l’auteur du “morceau de lyrisme” qu’elle m’attribue à tort, je me permets de relever que, tout en souscrivant à une partie de ses analyses, je dois pourtant signaler que certaines d’entre elles me paraissent hardies, pour ne pas dire franchement hasardeuses. Je ne citerai qu’un seul exemple, celui qui laisse accroire que Zamfir est un pur produit manipulé par le régime Ceaucescu afin d’en cautionner, – à la fois sur le plan intérieur et international – l’illusion d’ouverture politique et culturelle. Je suis bien placé pour savoir à quel point cette allégation est dénuée de fondement, en me remémorant les combats épiques que j’ai dû livrer aux Autorités politiques et culturelles de la Roumanie d’alors pour les convaincre d’accorder un visa de sortie à cet artiste (1969-1971).

Ce que Mme Mesnil croit observer appartient à un passé lointain, à une période où Gheorghe Zamfir jouait comme un Dieu, où la GAZETTE DE LAUSANNE écrivait : “Son jeu épouse la respiration du monde”, et LA SUISSE, le 6 octobre 1971 à propos du concert du victoria Hall à Genève : “…Et puis, la première note se forme, prélude à l’une des plus époustouflantes performances musicales qu’il peut, sans doute, être donné de voir.”

Madame Mesnil n’a donc apparemment pas vécu ces heures de grâce […]. C’est donc dans une optique restreinte qu’elle écrit que le répertoire de Zamfir était “complètement désincarné” et qu’il était pris “pour ce qu’il n’est pas”.

Non, Zamfir était alors un phénomène unique. Le pouvoir émotionnel de sa musique galvanisait ses auditeurs, sans qu’il y ait conditionnement politique. En vérité, Zamfir a toujours manifesté son écœurement vis-à-vis du “conducator” Ceaucescu, dont la politique culturelle, certes opportuniste, n’a pas eu de prise – me semble-t-il – sur son comportement. Tout au contraire ! Il se complaisait dans un rôle de martyr.

Quant à la “roumanité” de la syrinx (issue de la mythologie grecque), il y a bien ce sarcophage d’époque romaine, excavé en Olténie, qui nous démontre que l’instrument, taillé en bas-relief dans la pierre, y existait, il y a bientôt 2000 ans. Mais après,… pendant une quinzaine de siècles… ?

Toujours est-il que lorsqu’il fit irruption, en 1969, dans la scène musicale occidentale, avec Zamfir, – son charme et sex-appeal aidant – un large public l’accueillait comme un “gourou”. C’était un public qui ne faisait encore guère la différence entre la musique paysanne et la musique tsigane et qui s’exclamait, avec des journalistes d’une presse pourtant “sérieuse” : “Ah,… quel charme slave !” A ce stade, j’espère, quant à moi, avoir contribué à mettre un peu de clarté dans les esprits.

Finalement, il vous intéressera peut-être, et vos lecteurs, de savoir que depuis 13 ans (1977 – Tournée australienne) je n’entretiens plus aucun contact artistique avec Gheorghe Zamfir.

Avec mes compliments pour, au reste, l’excellence de vos CAHIERS !
Cordialement vôtre
Marcel Cellier ».

Par ailleurs, à la suite d’une erreur de mise en page, la légende de la photographie figurant en couverture du volume 3/1990 a été omise. La voici :

« Chamane magar en transe, Taka (Népal), 1979. Photo : M. Oppitz ».