Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Livres

Ruth M. STONE. Dried Millet Breaking. Time, Words, and Song in the Woi Epic of the Kpelle

Bloomington/Indianapolis : Indiana University Press
Veit Erlmann
Traduction de Isabelle Schulte-Tenckhoff
p. 278-280
Référence(s) :

Ruth M. STONE. Dried Millet Breaking. Time, Words, and Song in the Woi Epic of the Kpelle. Bloomington/Indianapolis : Indiana University Press, xvi + 150 p.

Texte intégral

1Le livre de Ruth Stone relève du corpus grandissant de travaux qui cherchent à répondre aux questions les plus urgentes de l’ethnomusicologie. A l’aide de données recueillies chez les Kpelle du Libéria, l’auteur analyse la manière dont les gens construisent et vivent leur personne tout comme leur univers dans le jeu musical. A l’instar de tout ethnomusicologue qui aborde celui-ci comme un problème d’action sociale et de communication symbolique, Stone sait pertinemment que pareille expérience ne se révèle pas d’emblée au chercheur. Elle le précise d’ailleurs bien : « L’analyse quantitative ne nous offre guère d’explication satisfaisante ou encore complète de ce qui se passe » dans la tête de l’interprète (78). C’est plutôt une affaire de conjecture, d’inférence, d’interprétation et de comparaison. Et comme si cela ne suffisait pas pour dissuader quiconque d’aborder un problème si épineux, Stone a choisi un sujet peu exploré mais néanmoins central, à la fois délicat et nébuleux, qui est l’aspect temporel de la pratique sociale et de l’interprétation musicale en Afrique.

2Stone part de l’hypothèse que le temps social constitue un mode fondamental d’organisation de l’activité musicale – la « qualité spécifique » du temps dans l’expérience kpelle étant « la configuration générale de tous les plans temporels vus comme un ensemble coordonné » (133). Son ouvrage est une tentative éloquente pour démêler ces plans à la lumière d’une hypothèse qualitative plutôt que de la seule analyse chiffrée. Dans le jeu musical en Afrique, le temps se constitue, d’après Stone, en un rapport de « tension essentielle » entre diverses dimensions, comme les reflète notamment au niveau microcosmique l’épopée Woi, le mythe central des Kpelle qui fournit les données fondamentales de l’ouvrage. L’une de ces dimensions est le cadre temporel extérieur d’une série de formules discursives et musicales, le plus souvent cyliques, qui fonctionnent comme une sorte de pilote automatique guidant les interprètes. A un autre niveau toutefois, l’expérience vécue de la narration de l’épopée Woi ne se révèle qu’au travers de l’analyse de plans temporels internes d’ordre qualitatif : temps événementiel et biographique, cycle de vie, temps du calendrier et temps historique. Stone avance que les principes de temporalisation sous-tendant chacun de ces plans s’imbriquent les uns dans les autres, et ce qui apparaît comme les caractères généraux du temps kpelle se retrouve dans l’interprétation de l’épopée.

3Le deuxième des neuf chapitres de l’ouvrage contient la traduction anglaise intégrale d’une exécution particulière de l’épopée et en représente donc la pierre angulaire. Le troisième chapitre décrit l’interprétation de l’épopée kpelle comme une « mosaïque de mouvements et de morceaux » plutôt qu’un déroulement linéaire. C’est là, bien sûr, un trait que partagent de nombreuses exécutions musicales traditionnelles en Afrique, si bien qu’à l’avenir on aurait avantage, à l’instar de Ruth Stone, à qualifier les interprètes africains de « sculpteurs plutôt que de fileurs de l’acte sonore » (xiv). Sous le titre « Échanges perpétuant l’épopée », le quatrième chapitre aborde le pouvoir transformateur de l’épopée Woi, en s’inspirant de la théorie de la communitas de Victor Turner et de la distinction établie par Alfred Schutz entre temps interne et temps externe. Le cinquième chapitre explore les différences entre le cours ordinaire de la vie quotidienne et le temps imposé par le jeu musical, à partir de l’hypothèse que le déroulement de l’épopée se contracte en « moments » et « pépites » à contenu expressif et métaphorique accru. Le sixième chapitre esquisse les liens qui existent entre la notion de personne en Afrique et ses expressions dans l’épopée Woi. Quant au chapitre suivant, il tente de clarifier les parallèles entre la structure de l’épopée et les points forts du cycle de la vie africaine (naissance, mariage, mort). Le huitième chapitre montre comment l’acte musical recrée le passé et confirme la tradition, comment il parvient à articuler passé et présent ou, pour emprunter la formule de James Fernandez, comment il engendre l’expérience du retour à la totalité.

4Dried Millet Breaking est une contribution majeure à l’ethnomusicologie africaniste, domaine où l’analyse structurale – ou qualitative, comme dirait Stone – privilégiant le produit musical, a notamment retardé une meilleure compréhension du processus d’interprétation. Ruth Stone, en revanche, veille par exemple à ne pas succomber à la tentation d’en rester aux seules correspondances de structure – qui risquent d’être réifiantes – entre les modèles temporels qu’on retrouve dans la vie sociale et ceux propres au jeu musical. L’originalité de sa recherche réside dans le fait qu’elle a su intégrer une approche anthropologique et une approche musicologique, afin de saisir les processus d’organisation symbolique qui font qu’une « mise en scène de la culture », comme la représente l’épopée Woi, devient un acte central de la création sociale.

5Il convient néanmoins de formuler quelques critiques. La première concerne un point de méthode. Bien que l’argumentation suivie dans l’ouvrage soit séduisante, la base factuelle mise à contribution ne répond pas toujours aux ambitions théoriques de l’auteur. Par exemple, Ruth Stone semble s’être bornée à ne considérer qu’une seule version de l’épopée Woi. A défaut d’une transcription intégrale de la version kpelle, les lecteurs kpelle trouveront peu de données dans la traduction anglaise pour vérifier les arguments avancés par l’auteur. Cela pèse d’autant plus lourd dans un livre dont le raisonnement concorde par ailleurs entièrement avec les meilleurs travaux récents en ethnomusicologie. Un autre problème est la répugnance de l’auteur à définir avec précision ses notions clef, comme « production d’expression » (13), ainsi qu’à conduire à leur conséquence logique les interprétations tout à fait séduisantes qu’elle offre de certains aspects de la pensée et du jeu musical kpelle, tel le concept de voie qui exprimerait les méandres de l’interprétation musicale et de la topographie (64). Plutôt que de démêler la complexité de l’expérience que les Kpelle ont du temps, en améliorant les couleurs, la substance et les contours de son tableau de la culture et du jeu musical, Stone recourt fréquemment à des comparaisons peu fondées avec des conceptions du temps prévalant ailleurs en Afrique et dans le monde. Ainsi évoque-t-elle l’émotion profonde ressentie en cours de jeu par le joueur de mbira zimbabwéen Hakurotwi Mude (erronément orthographié Hakurotwo) ; mais on apprend peu sur les effets que la récitation de l’épopée Woi par Kulung a eu sur le l’interprète lui-même ou sur son public. Ou encore, dans sa brève discussion de ce qu’elle appelle le temps historique, considéré comme un « temps objectif et chronologique » (121), Ruth Stone se réfère à John Hall pour attribuer cette dernière conception à Louis Althusser notamment. Non seulement la référence au marxisme structural français semble quelque peu déplacée dans le contexte en question, mais encore faudrait-il, pour être un tant soit peu pertinent, approfondir le débat et sonder ses implications dans une théorie africaniste de l’interprétation musicale.

6Mais en dépit de ces défauts, l’ouvrage de Ruth Stone est à recommander à quiconque s’intéresse au problème du jeu musical en Afrique et cherche à dégager l’étude ethno-esthétique des limites étroites imposées par l’analyse structurale et quantitative, vers une dialectique de la pratique sociale et de la médiation culturelle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Veit Erlmann, « Ruth M. STONE. Dried Millet Breaking. Time, Words, and Song in the Woi Epic of the Kpelle », Cahiers d’ethnomusicologie, 4 | 1991, 278-280.

Référence électronique

Veit Erlmann, « Ruth M. STONE. Dried Millet Breaking. Time, Words, and Song in the Woi Epic of the Kpelle », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 4 | 1991, mis en ligne le 01 janvier 2012, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://ethnomusicologie.revues.org/1612

Haut de page

Auteur

Veit Erlmann

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page