Navigation – Plan du site
Entretiens

Voir la voix. L’Orient et l’Occident de sœur Marie Keyrouz

Propos recueillis par Laurent Aubert
Laurent Aubert et Marie Keyrouz
p. 239-245

Texte intégral

  • 1 L’appellation de « melkite » a été donnée à un grand nombre de monophysites (partisans de la doctri (...)

1Sœur Marie Keyrouz est une jeune religieuse libanaise de la Congrégation des sœurs basiliennes chouérites. Cette communauté monastique a été fondée en Cappadoce par saint Basile le Grand (329-379), un des Pères et Docteurs de l’Église, qui devint évêque de Césarée en 370. Elle est rattachée à l’Église melkite libanaise qui, liée à Rome, pratique le rite catholique grec1.

2Dotée d’une triple formation musicale – en chants liturgiques maronite et orthodoxe grec, et en oratorio classique occidental – sœur Marie Keyrouz vit à Paris depuis 1987. Elle contribue à maintenir l’unité de la diaspora chrétienne libanaise en France, notamment en chantant régulièrement en l’église Notre Dame du Liban et en l’église Saint Julien-le-Pauvre, à Paris. Mais elle prête aussi occasionnellement sa voix à des circonstances para-liturgiques, soit au sein de l’ensemble Organum, dirigé par Marcel Pérès, soit avec son propre groupe, qui a été révélé au public le 3 juillet 1988 à l’abbaye de Royaumont.

3Cet entretien a été réalisé à Genève le 21 avril 1989, à l’occasion d’un concert de sœur Marie en l’église de la Madeleine.
L.A.

Sœur Marie Keyrouz.

Sœur Marie Keyrouz.

Photo : Roxanne Claire, 1989.

Laurent Aubert : En vous écoutant chanter, Sœur Marie Keyrouz, on est frappé par la facilité avec laquelle vous passez d’un répertoire à un autre, d’une technique vocale à une autre. Quelle a donc été votre formation musicale ?

  • 2 La psaltique est la science des psaumes et de leur cantillation.

Sœur Marie Keyrouz : J’ai vraiment eu la grande chance de pratiquer plusieurs techniques dès mon plus jeune âge ; d’abord, étant née dans une famille chrétienne pratiquant le rite maronite, j’ai été imprégnée de l’ambiance musicale de cette Église dès le berceau. Puis, très tôt, je suis entrée dans une congrégation grecque catholique, celle des Sœurs basiliennes chouérites, où j’ai été initiée au rite byzantin et à l’étude théorique de la psaltique2, d’abord avec des religieuses, puis avec des professeurs orthodoxes ; j’ai également suivi des sessions de technique byzantine en Grèce et particulièrement à Athènes.

Mais parallèlement, je pratiquais les techniques vocales orientale et occidentale à l’Université Saint-Esprit de Kaslik, au Liban, jusqu’à l’obtention du diplôme d’études supérieures dans les deux genres, afin d’avoir une formation plus complète.

L.A. : Avec le recul, comment expliquez-vous aujourd’hui cette vocation précoce ?

S.M.K. : Le Liban de mon enfance était le Liban de la tolérance. Nous y étions constamment en contact avec plusieurs cultures, que ce soit dans les écoles et les universités ou dans la vie sociale. Je pouvais donc y entendre aussi bien l’opéra que le chant classique arabe, dans toute la diversité de ses expressions. Et là, en ce moment où mon pays brûle, j’aimerais pouvoir témoigner qu’il a pourtant toujours été une terre de dialogue, qu’il ne mourra jamais et qu’en dépit des événements, il redeviendra un jour ce lieu de rencontre pacifique, car il était et il restera le cœur de Dieu. Et si je suis ici aujourd’hui, pour chanter, c’est parce que, comme l’a dit saint Basile le Grand, « on prie deux fois lorsqu’on prie en chantant » ; et en ce moment, mon Liban a besoin de toutes nos prières pour pouvoir à nouveau diffuser son message au monde entier.

L.A. : Justement, vous vivez actuellement à Paris ; qu’est-ce qui vous a amenée à vous établir en France ?

S.M.K. : Il y a deux raisons principales : tout d’abord, parce que j’y prépare une thèse de doctorat en musicologie à la Sorbonne ; et aussi afin de perfectionner mon apprentissage du chant classique occidental, que j’avais entrepris à l’Université Saint-Esprit de Kaslik. Je compte aussi me rendre en Allemagne et en Italie pour y approfondir mes connaissances. Je pense que c’est très enrichissant de pouvoir bénéficier d’une formation multiple.

L.A. : Quel est le répertoire européen qui vous intéresse le plus ?.

S.M.K. : C’est l’oratorio. Cela a vraiment été une découverte pour moi de pouvoir chanter le Messie de Händel, la Passion selon saint Matthieu de Bach, Gallia de Gounod, ou les airs religieux de Mozart, de Massenet… A une époque, j’ai aussi eu envie de chanter de l’opéra, à thème profane ; mais j’y ai renoncé pour deux raisons : d’abord parce que, depuis toujours, l’apogée de l’art, et de la musique en particulier, est dans l’art religieux, dans la musique sacrée ; ensuite parce que, pour moi, l’art ne peut être séparé de la vie de l’artiste. Pour qu’il y ait une vérité existentielle dans le chant, il faut à mon avis qu’il y ait cette homogénéité, cette unité intime entre la personne, ses convictions et son art. J’ai donc trouvé que, en tant que religieuse, il ne valait pas la peine de chercher à chanter autre chose.

L.A. : Vous travaillez aussi avec Marcel Pérès et l’ensemble Organum. Qu’est-ce que cela vous apporte ?

  • 3 Voir discographie.

S.M.K. : C’est une expérience passionnante, qui m’a révélé quelque chose de fondamental en ce qui concerne les relations, non seulement religieuses, mais aussi historiques et artistiques, entre l’Orient et l’Occident. J’ai fait la connaissance de Marcel Pérès à l’abbaye de Royaumont, où j’avais été invitée à participer à des sessions de recherche sur le chant liturgique médiéval. Le sujet principal du séminaire était cette année-là le chant de l’Église de Milan entre le VIIe et le XIe siècle. Nous avons découvert que, dans ce chant très orné et mélismatique, apparaissaient des cellules mélodiques identiques à celles que l’on rencontre dans le chant byzantin tel qu’il est actuellement pratiqué au Moyen Orient. Cela n’a d’ailleurs rien d’étonnant quand on sait que l’Église milanaise avait à cette époque été très influencée par celles d’Orient et surtout de Byzance. Forts de cette conviction, nous avons tenté d’interpréter le chant milanais à partir du manuscrit en notation neumatique et de ses transcriptions en notation carrée, mais en suivant cette fois la répartition des intervalles propre aux modes orientaux, byzantins et syriaques. C’est ainsi qu’a commencé notre collaboration. J’ai par la suite été invitée à chanter ce répertoire avec l’ensemble Organum, en public, puis pour un disque3.

L.A. : On a récemment aussi pu vous entendre en concert avec votre propre ensemble, notamment en France et en Suisse. Qu’est-ce que cela représente pour vous d’interpréter des chants liturgiques hors de leur contexte ordinaire ?

S.M.K. : C’est vous qui appelez cela des concerts ! Pour moi, ces moments partagés ne sortent pas du cadre de la prière, qui est le but de toute expression vocale sacrée. Et là, il faut bien signaler l’importance de l’ambiance dans la réussite de ces « concerts ». C’est pourquoi je chante toujours de préférence dans des églises ou des lieux adaptés à ces répertoires.

De gauche à droite : Sœur Marie Keyrouz, P. Georges Hobeika (‘ūd), P. Paul Rouhana (nay), Imad Marcos (qānūn).

De gauche à droite : Sœur Marie Keyrouz, P. Georges Hobeika (‘ūd), P. Paul Rouhana (nay), Imad Marcos (qānūn).

Photo : Roxanne Claire.

L.A. : Lors de ces prestations, vous interprétez aussi bien le chant byzantin que le chant syriaque de l’Église maronite. De quelle manière les présentez-vous ?

S.M.K. : Je présente habituellement le chant maronite sous forme de suites, c’est-à-dire en enchaînant plusieurs chants appartenant souvent au même mode, pour en faire un tout, développé et varié. Le chant maronite est presque toujours strophique, et la mélodie s’adapte à un grand nombre de strophes dont la métrique est généralement identique. La strophe type a d’ailleurs un ambitus fort restreint, d’allure simple et facile. C’est pourquoi, quand on enchaîne les chants en une suite, cela crée une richesse dans la composition et un certain développement qui viennent rompre le sentiment de monotonie que pourraient ressentir ceux qui ne comprennent pas les paroles. J’attache aussi de l’importance à l’unité thématique d’une suite, que je consacre par exemple entièrement à Noël, à la Passion, à la Résurrection.

  • 4 Voir discographie.

Contrairement au chant maronite, qui peut être accompagné par un ensemble instrumental, le chant byzantin de l’Église grecque melkite est purement vocal. Il est beaucoup plus sophistiqué et orné que le chant maronite, et le soliste n’est soutenu que par des voix humaines, qui se contentent de donner l’ison, la note tenue sur laquelle se développe la mélodie4.

L.A. : L’usage d’instruments pour accompagner le chant maronite est-il traditionnel ?

S.M.K. : Dans le passé le plus ancien de sa tradition, on sait que les voix n’étaient accompagnées que d’instruments de percussion comme les timbales naqqus, les grandes cymbales et le tambour marwaha. Actuellement, les instruments mélodiques orientaux tendent à s’introduire dans le chant de l’Église maronite. Je me fais moi-même par exemple accompagner par trois instrumentistes : le père Georges Hobeika, qui joue du ‘ūd, du luth oriental, le père Paul Rouhanna, un spécialiste de la flûte orientale de roseau appelée nay – qui a d’ailleurs écrit la première et unique méthode de nay au Moyen Orient – et enfin Imad Marcos, un grand virtuose de l’instrument que nous appelons qānūn, qui est une cithare orientale.

Il ne faut pas oublier de mentionner l’introduction de l’orgue dans quelques églises au Liban, en Syrie et dans les pays du Moyen Orient. A mon avis, cela est dû au manque d’instrumentistes disponibles et au besoin de soutenir le chant. Mais, personnellement, pour le chant maronite, je préfère être accompagnée par des instruments orientaux tels que ceux que j’ai cités, car ils me paraissent plus en accord avec la nature profonde de ce chant, qui est issu du cœur du peuple.

L.A. : La connaissance de la technique vocale occidentale vous apporte-t-elle quelque chose dans votre interprétation du chant oriental ?

S.M.K. : C’est certain ; elle lui apporte plus de générosité, plus d’éclat, plus de force. C’est vrai qu’il n’est pas facile de passer d’une technique à une autre, mais c’est pour moi très important d’essayer. La voix est un instrument très fragile, et il ne faut pas l’abîmer ; mais elle comporte en même temps des énigmes, des secrets techniques, qu’il est nécessaire de découvrir si l’on veut développer toutes ses capacités. Ce n’est pas suffisant d’écouter et de sentir sa voix en chantant, il faut aussi la voir, voir ce qui se passe dans la gorge, comment bouge le larynx, quelles sont les positions nécessaires pour produire telle technique, tel timbre, tel style.

L.A. : Qu’entendez-vous par « voir » la voix ?

S.M.K. : Mon intérêt pour toutes ces musiques m’a donné le courage et l’envie de comprendre le phénomène de la voix physiologiquement. Cela m’a poussée à faire quelques études de physique, d’anatomie, de biologie, à partir desquelles je prévois d’inclure dans ma thèse un chapitre sur la typologie vocale du chant des Églises orientales comparée à celle du chant occidental. Je suis allée pratiquer des exercices vocaux dans des laboratoires ; j’ai même fait des enregistrements de ma voix et de celle d’autres artistes orientaux sur sonagraphe, ce qui m’a permis de voir concrètement la différence de réaction selon la technique d’émission. C’est bien sûr particulièrement significatif lorsqu’il s’agit de la même voix qui passe d’une technique à une autre.

Haut de page

Bibliographie

Discographie

Chants de l’Église milanaise. Ensemble Organum, dir. Marcel Pérès. Harmonai Mundi, HMC 901295, 1989.

Chant byzantin. Passion et Résurrection. Sœur Marie Keyrouz, S.B.C. Harmonia Mundi, HMC 901315, 1989.

Chant traditionnel maronite. Sœur Marie Keyrouz, S.B.C. Harmonia Mundi, HMC 901350, 1991.

Haut de page

Notes

1 L’appellation de « melkite » a été donnée à un grand nombre de monophysites (partisans de la doctrine de la nature unique du Christ, déclarés hérétiques par le concile de Chalcédoine en 451) qui, avec l’appui du pouvoir impérial, se sont constitués en Église indépendante vers 536. Ce terme a par la suite servi à désigner les Chalcédoniens orientaux, dont les Maronites font partie. Après le grand schisme entre les Églises d’Orient et d’Occident, l’Église melkite s’est divisée, la branche maronite s’étant rattachée à Rome, la branche melkite étant restée fidèle à l’Orthodoxie. En 1724, une autre scission frappa l’Église melkite, dont une fraction voulut s’unir à Rome, prenant le nom de Melkites catholiques.
Catholiques ou orthodoxes, les Melkites pratiquent pourtant tous le même rite et les mêmes offices, en langues grecque liturgique et arabe littéraire. Quant à l’Église maronite, elle a conservé pour son rite les langues syriaque et arabe. Pour des indications plus précises, voir notamment le livre récent de Claude Sélis : Les Syriens orthodoxes et catholiques, coll. « Fils d’Abraham », Éd. Brépols, Turnhout, Belgique, 1988, 290 p.

2 La psaltique est la science des psaumes et de leur cantillation.

3 Voir discographie.

4 Voir discographie.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Sœur Marie Keyrouz.
Crédits Photo : Roxanne Claire, 1989.
URL http://ethnomusicologie.revues.org/docannexe/image/1598/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
Titre De gauche à droite : Sœur Marie Keyrouz, P. Georges Hobeika (‘ūd), P. Paul Rouhana (nay), Imad Marcos (qānūn).
Crédits Photo : Roxanne Claire.
URL http://ethnomusicologie.revues.org/docannexe/image/1598/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 205k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurent Aubert et Marie Keyrouz, « Voir la voix. L’Orient et l’Occident de sœur Marie Keyrouz », Cahiers d’ethnomusicologie, 4 | 1991, 239-245.

Référence électronique

Laurent Aubert et Marie Keyrouz, « Voir la voix. L’Orient et l’Occident de sœur Marie Keyrouz », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 4 | 1991, mis en ligne le 01 janvier 2012, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://ethnomusicologie.revues.org/1598

Haut de page

Auteurs

Laurent Aubert

Articles du même auteur

Marie Keyrouz

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page