Navigation – Plan du site

Éditorial

La Rédaction
p. 1

Texte intégral

1Chantée ou parlée, la voix est l’organe essentiel de la communication. Support du Verbe dans la cantillation rituelle, véhicule de la mémoire collective à travers l’énoncé des mythes, elle est un agent identitaire puissant, dont les effets se mesurent, par exemple, dans la pratique du chant communautaire. La voix est aussi le vecteur des sentiments : la berceuse de la mère tranquillise le bébé ; le chant de l’amoureux séduit la bien-aimée. Relevons également que la voix peut accompagner les actions les plus diverses, comme en témoigne la distribution quasi universelle des chants de travail.

2Dans de nombreuses traditions, la voix constitue la référence suprême de la musique instrumentale, dont les critères d’excellence reposent justement sur son aptitude à imiter la voix, à en reproduire le timbre et les inflexions. Et pourtant, afin de devenir « musical », le son de la voix est parfois altéré au point de se confondre avec celui d’un instrument, car la parole chantée n’a pas le même rôle que la parole parlée ; elle doit donc s’en distinguer déjà par son mode d’émission.

3La notion d’esthétique vocale est éminemment culturelle, et l’existence d’innombrables techniques vocales relativise la conception occidentale de pureté de la voix. Ailleurs, c’est au contraire sa stridence, sa raucité ou son caractère nasillard qui l’emporte. Parfois même, c’est l’émission des harmoniques qui prévaut, la fondamentale étant alors réduite à une sorte de bourdon. Une diversité comparable peut être observée dans les procédés de combinaison polyphonique ou d’ornementation vocale.

4Un tel foisonnement suscite des recherches de plus en plus approfondies, tant sur le plan sémantique que musicologique. Il faut aussi souligner le succès grandissant d’instruments d’analyse sophistiqués comme le sonagraphe et l’échantillonneur, dont les ressources ont orienté plusieurs des contributions à ce Cahier. Dans un tel domaine, la complémentarité des méthodes de l’anthropologie sociale et de celles de l’analyse musicale s’avère particulièrement fructueuse, car elle permet de dégager les traits constitutifs du principal moyen d’expression de toute culture.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

La Rédaction, « Éditorial », Cahiers d’ethnomusicologie, 4 | 1991, 1.

Référence électronique

La Rédaction, « Éditorial », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 4 | 1991, mis en ligne le 01 janvier 2012, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://ethnomusicologie.revues.org/1560

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page