Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Disques
Nouveautés et rééditions africaines et créoles chez OCORA

Ouganda. Aux sources du Nil

Enregistrements : Patrick Marguerite ; textes et production : Caroline Bourgine. Paris, 1992
Vincent Zanetti
p. 241
Référence(s) :

Ouganda. Aux sources du Nil. Enregistrements : Patrick Marguerite ; textes et production : Caroline Bourgine. Paris, 1992. 1 CD OCORA C 560032.

Texte intégral

1Trop longtemps tenu à l’écart des recherches ethnomusicologiques, en grande partie à cause de l’instabilité politique qui y a régné ces dernières années, l’Ouganda a connu auprès du grand public un regain d’intérêt avec le succès du chanteur Geoffrey Oriema, fils d’un ancien ministre déchu par le tristement fameux Idi Amin Dada. Avec lui, l’occasion s’est présentée de découvrir des instruments traditionnels de ce pays mal connu : la cithare nanga, à huit cordes accordées selon une échelle pentatonique, le lukeme, variante typiquement ougandaise de la sanza… Autant d’instruments que l’on retrouve dans le disque de Caroline Bourgine, dont la parution n’est sans doute pas sans rapport avec le phénomène Oriema.

2Les dix premières plages en sont consacrées aux groupes N’Gali et Aboluganda, tous deux enregistrés à Kampala, qui interprètent des musiques du royaume Baganda et de toute la moitié sud-ouest du pays. On y découvre notamment le son superbe du madinda, xylophone de douze à dix-sept lames disposées sur deux troncs de bananier parallèles. Les quatre dernières plages présentent successivement deux groupes de la région d’Apac, plus au nord, au répertoire plus moderne, et deux groupes de Gulu, capitale de la région Acholi. Au total, quelques bons enregistrements de musique de danse, et surtout de belles pièces de sanza, de harpe et de lyre, qui ne sont pas sans rappeler parfois les « chants à penser » des Gbáyá de Centrafrique, enregistrés en 1977 par Vincent Dehoux (OCORA C 580008, cf. infra).

3Les textes apportent un bon nombre de précisions quant à l’instrumentation, mais sont malheureusement avares de données socio-culturelles. On aimerait ainsi en savoir plus sur les ethnies qui ne sont d’ailleurs même pas nommées, et sur leurs coutumes musicales. Quelques photographies n’auraient également pas fait de tort à la présentation de l’ouvrage, et auraient probablement atténué l’impression de superficialité qui se dégage tout de même un peu de l’ensemble. On ne sait pas, en effet, à la lecture du livret explicatif, si l’auteur ne s’est pas contenté d’une seule source, au détriment d’une recherche plus approfondie sur le terrain, au contact d’informateurs privilégiés.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vincent Zanetti, « Ouganda. Aux sources du Nil », Cahiers d’ethnomusicologie, 6 | 1993, 241.

Référence électronique

Vincent Zanetti, « Ouganda. Aux sources du Nil », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 6 | 1993, mis en ligne le 02 janvier 2012, consulté le 01 mai 2017. URL : http://ethnomusicologie.revues.org/1514

Haut de page

Auteur

Vincent Zanetti

fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page