Navigation – Plan du site

6 | 1993
Polyphonies

Aujourd'hui plus que jamais, l'intensification des échanges culturels donne accès aux musiques du monde entier. Le disque, le film, le concert et le livre permettent d'apprécier les expressions musicales des civilisations les plus diverses et les plus méconnues.
Afin d'approfondir l'approche de ces différences, les Cahiers de musiques traditionnelles offrent à leurs lecteurs une tribune ethnomusicologique francophone annuelle, dont chaque numéro est centré sur un dossier réunissant des auteurs d'horizons différents. Les précédents numéros ont ainsi traité des thèmes suivants: De bouche à oreille (1/1988), Instrumental (2/1989), Musique et pouvoirs (3/1990), Voix (4/1991) et Musiques rituelles ( 5/1992). Ces dossiers sont toujours complétés par des rubriques d'intérêt général, entretiens, portraits et comptes rendus.
Le thème des polyphoniesoffre matière à maintes réflexions, d'ordre non seulement technique et analytique, mais aussi social et ethnographique, voire cosmologique, tant la structuration d'une pensée musicale — individuelle ou collective — répond à une conception de la place de l'être humain dans la société et dans le monde.
Une opinion courante répartit l'ensemble du domaine musical en deux grandes catégories: les monodies et les polyphonies. Une telle division est évidemment trop sommaire, compte tenu de l'immense diversité des faits musicaux observables. Le domaine polyphonique regroupe ainsi une quantité de procédés, purement vocaux, exclusivement instrumentaux ou résultant d'une combinaison des deux. L'hétérophonie, le tuilage, la diaphonie, la diphonie, le hoquet, l'organum, le contrepoint ou encore l'harmonie selon le système classique occidental: chaque manière d'organiser l'espace polyphonique et d'en combiner les parties dépend des goûts et des aptitudes propres à une société donnée et à une époque de son histoire. Le panorama offert par ce Cahier permettra de mesurer l'ampleur de ce phénomène, tout en faisant état des principaux axes de recherche contemporains qui le concernent.