Navigation – Plan du site
CD | Multimédia

Gramoun Bébé, le maloya kabaré

Enregistrements réalisés en 2004 à La Réunion, Takamba/Pôle Régional des Musiques Actuelles, 2005
Benjamin Lagarde
p. 335-337
Référence(s) :

Gramoun Bébé, le maloya kabaré. Enregistrements réalisés en 2004 à La Réunion, présentés par Stéphane Grondin et Fannie Précourt. Livret de 44 pages en créole réunionnais et en français. 1 CD (53 ‘), Takamba/Pôle Régional des Musiques Actuelles, TAKA 0409, 2005.

Texte intégral

1Avec la parution de ce neuvième disque, l’entreprise de sauvegarde du patrimoine musical indo-océanique que mène le Pôle Régional des Musiques actuelles (PRMA) s’ouvre au maloya pour présenter le premier enregistrement jamais dédié à la composante religieuse de cette musique réunionnaise.

2Lancé par Stéphane Grondin, membre du groupe Mélanz nasyon et fondateur de l’association Maloya all stars, ce projet s’attache à diffuser le répertoire rituel de la famille Manent dont l’aîné est Gramoun Bébé. De son vrai nom Louis Jules Manent, Gramoun Bébé est décédé peu de temps après la commercialisation de cet enregistrement, ce qui confère à cet opus une aura particulière. Né en 1927 dans une famille où « tous savaient chanter » (plage 20), il conduisait ses cérémonies d’hommage aux ancêtres afro-malgaches depuis une cinquantaine d’années et était, au sein de la région sud de l’île, l’un des principaux organisateurs de ces cultes familiaux que l’on appelle les « services kabaré ». Comme le symbolise admirablement son surnom (fait de la juxtaposition de deux mots du langage courant : le premier se référant aux vieilles personnes, que celles-ci soient vivantes ou érigées au rang de divinités après leurs morts, le second désignant les tout jeunes), Gramoun Bébé incarne pour une partie de la population insulaire la puissance de ce lien intergénérationnel fondé, au fil des vagues de peuplement successives, autour de la transmission d’une conscience culturelle propre aux descendants d’esclaves et d’engagés. Cette conscience identitaire est une composante essentielle du fonds thématique auquel puisent habituellement les maloya commercialisés, favorisant peu à peu l’émergence d’une alternative au giron culturel français qui prévaut dans ce département ultramarin.

3L’enjeu majeur de ce disque est de rendre accessibles à un large public ces chants, relativement méconnus en dehors des réseaux de parenté et de connaissance, qui, ponctuellement, honorent les ancêtres. Le fait que plusieurs descendants de Bébé et de son frère Julien (que l’on entend ici chanter en soliste), reconnus dans l’île pour leurs activités musicales et associatives (nous pensons à Patrick Manan et à une partie du groupe Kozman Ti Dalon), soient présents sur cet enregistrement conforte les hypothèses qui attribuent une origine religieuse au maloya. En effet, les sept plages durant lesquelles on peut entendre tous les interprètes (solistes, chœur et instrumentistes) constituent à la fois des moments clefs au sein d’un rituel dont l’efficacité requiert un certain seuil festif que des pièces présentant les canons du genre « traditionnel » (tant mélodiques que rythmiques) tels que les ont définis au cours des quarante dernières années plusieurs artistes et militants de cette région de l’île.

4Le disque est accompagné d’un livret assez complet et de belle facture, qui présente les textes des chants en créole réunionnais suivis de traductions en français, les biographies des chanteurs solistes, le déroulement type des « services kabaré » et le maloya qui leur est propre ainsi que des éléments organologiques, des photographies et des images d’archives. L’auditeur est de plus initié au « secret rituel lié à cette pratique » (livret p. 32) par l’entretien qui clôt le disque, entretien au cours duquel Bébé évoque ses souvenirs d’enfance liés au maloya et atteste l’omniprésence du rôle des ancêtres dans sa propre existence. Intercalées entre les sept plages collectives, douze autres, incomparablement plus courtes et chantées a cappella par Gramoun Bébé (le livret mentionne une « esthétique criarde » sans plus de précisions), viennent compléter l’enregistrement et, peut-être, le répertoire de Bébé. Leur lien avec les pièces collectives reste trop peu expliqué et, bien que certaines fassent des allusions à la sorcellerie et au domaine religieux, leur éventuelle insertion dans le rituel n’est pas abordée. La présence au sein même des pièces collectives de phrases semblables, chantées en « langage » et non en créole (notamment les deux dernières de la plage 11), que l’on retrouve par ailleurs dans les chants d’autres familles de l’île, à quelques déformations phonétiques près, aurait pu amener les rédacteurs à mieux situer la particularité du répertoire des Manent dans l’ensemble plus vaste de la culture créole réunionnaise, qui revendique une ascendance afro-malgache. Ainsi on peut regretter que l’opacité et l’obscurité souvent associées à cette culture, qui a des ramifications nombreuses, notamment avec l’Europe et l’Inde, soient finalement en partie reconduites malgré les intentions affichées.

5Un autre reproche que l’on peut faire à l’enregistrement des sept plages collectives (et non de l’ensemble des plages comme le laisse entendre le livret) qui, par souci d’« authenticité », se fit en une après-midi chez Bébé, tiendrait aux décisions techniques prises en matière de mixage et de montage, qui ont pour conséquence d’orienter l’audition sur d’autres voies que celles propres aux cérémonies kabaré. On peut se demander pourquoi les voix de femmes et celles des hommes sont distribuées respectivement sur le canal droit et sur le gauche de la stéréo, alors que la séparation des genres au sein du chœur n’est pas de mise dans ces cérémonies qui peuvent rassembler plusieurs dizaines de personnes. De même pour l’ordre des morceaux qui, comme nous l’avons signalé, propose une alternance de plages collectives et de plages en solo. Ceci nous éloigne du développement chronologique des cérémonies durant lesquelles l’assemblée, réunie pour une nuit entière, interrompt le moins souvent possible le maloya en faisant se succéder des chants traditionnels immémoriaux avec des compositions (parfois improvisées) de certains participants et des maloya commercialisés dont les paroles ne relèvent pas directement du domaine religieux. Les plages 7 et 17, menées au chant par un ami de la famille, Elliard Ranggeh, nous fournissent une illustration idéale de cette structure.

6Extrêmement précieuse au plan historique, on saluera la performance musicale du clan Manent, qui a su jouer le jeu pour donner à entendre son maloya que d’aucuns percevront plutôt comme « amateur ». Contrairement au constat pessimiste qui affleure dans plusieurs passages du livret ainsi que dans l’opinion publique, remarquons enfin que cet enregistrement semble démontrer que la jeunesse réunionnaise ne se détourne pas complètement des « services kabaré ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Benjamin Lagarde, « Gramoun Bébé, le maloya kabaré », Cahiers d’ethnomusicologie, 21 | 2008, 335-337.

Référence électronique

Benjamin Lagarde, « Gramoun Bébé, le maloya kabaré », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 21 | 2008, mis en ligne le 17 janvier 2012, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://ethnomusicologie.revues.org/1351

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page