Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Disques

Musique à la croisée des cultures. Échos de la Genève internationale

AIMP, 1995
Henri Lecomte
p. 247-248
Référence(s) :

Musique à la croisée des cultures. Échos de la Genève internationale. Direction artistique : Laurent Aubert. 2 CD AIMP XXXIX-XL (71’14’’ et 78’09’’). VDE 828-829, 1995.

Texte intégral

1Les lecteurs des Cahiers connaissent sans doute les activités des Ateliers d’ethnomusicologie que dirige Laurent Aubert. Ce disque en est une sorte de reflet puisque nombre des artistes présentés ici y enseignent. La ville de Genève n’a rien à envier à d’autres métropoles européennes plus importantes numériquement : les cinq continents sont représentés dans ce CD par plus d’une trentaine de pays ou de groupes ethniques.

2La difficulté, pour ce genre de publication, est d’organiser une suite de musiques n’ayant guère de rapports entre elles de manière à ne pas lasser l’attention de l’auditeur. La répartition ici choisie est géographique, ce qui fonctionne assez bien la plupart du temps. Nous commençons par l’Afrique sub-saharienne, surtout représentée par l’Afrique de l’Ouest et centrale. Après un détour par Cuba et le Brésil africain, c’est l’Amérique andine qui nous est proposée. La première rupture intervient alors avec deux plages de deux univers musicaux aussi éloignés l’un de l’autre que de ce qui précède : nous passons brutalement au monde sonore si particulier du didjeridoo, puis à un ensemble de métallophones balinais. Ce dernier est constitué presqu’entièrement de musiciens européens, et c’est d’ailleurs un des intérêts de ce recueil de rendre compte du bon (et parfois exceptionnel) niveau qu’ont réussi à atteindre nombre de musiciens européens au sein de musiques longtemps jugées inaccessibles aux non-membres de leurs communautés d’origine (la Suisse francophone n’a d’ailleurs pas l’apanage de cette recherche, si l’on songe à des musiciens vivant en Suisse alémanique comme le joueur de shakuhachi Andreas Gutzwiller ou surtout le remarquable joueur de sarod qu’est Ken Zuckerman). Nous entendrons ainsi au long de ce recueil un musicien suisse jouer de la flûte traversière flé d’Afrique de l’Ouest, des pièces bosniaques ou albanaises interprétées par des musiciens suisses ou un takht franco-libano-syrien. Si les musiques présentées ici n’excluent pas les genres métissés comme le mambo venezuélien du premier CD, les musiciens étrangers à ces traditions ne le sont que par leur nationalité, tant ils s’efforcent de s’intégrer à leur communauté musicale d’accueil.

3Le second CD, après un passage en Europe de l’Ouest (Espagne, Portugal, Savoie et Suisse), nous entraîne dans un voyage (nostalgique, pour ceux qui ont pu suivre physiquement cette route musicale à une époque moins troublée), qui nous entraîne de l’Italie à l’Inde, en passant par la Bosnie, la Turquie et l’Afghanistan. La volonté d’ouverture de l’auteur de ce recueil s’affirme à nouveau puisque le groupe savoyard « La Kinkerne » se situe dans la mouvance folk et que l’ensemble suisse de cors des Alpes, auquel s’associe une chanteuse, présente une musique de création où seuls les instruments sont traditionnels. L’album se termine par trois soli instrumentaux de musique chinoise, avec notamment le beau timbre des cordes de soie du qin de Georges Goormaghtigh, que bien peu ont entendu (à ma connaissance le seul enregistrement d’un qin monté de cordes en soie, édité hors de Chine est un enregistrement pirate de Madame Tsar Teh-yun, et qui ne rend d’ailleurs sans doute pas justice à son talent).

4Ces quarante-et-une plages, indépendamment du plaisir proprement musical qu’elles procurent à l’auditeur, constituent une excellente démonstration qu’il peut exister une façon de vivre ensemble, entre l’horrible « purification ethnique » et le réducteur « tout métissage », cher à une époque aux instances culturelles françaises, où chaque communauté apporterait sa richesse propre en incorporant à un rythme qui lui est naturel les influences des cultures qui l’entourent.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Henri Lecomte, « Musique à la croisée des cultures. Échos de la Genève internationale », Cahiers d’ethnomusicologie, 8 | 1995, 247-248.

Référence électronique

Henri Lecomte, « Musique à la croisée des cultures. Échos de la Genève internationale », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 8 | 1995, mis en ligne le 04 janvier 2012, consulté le 26 mars 2017. URL : http://ethnomusicologie.revues.org/1240

Haut de page

Auteur

Henri Lecomte

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page