Navigation – Plan du site
CD, Multimedia

Yoshio Kurahashi: Honkyoku, musique zen pour shakuhachi

Enregistrements: Stan Kakudō Richardson, Yūsan Fukai et Katsumasa Ōta, 2008
Jay Keister
Traduction de Laurent Aubert
p. 303-305
Référence(s) :

Yoshio Kurahashi: Honkyoku, musique zen pour shakuhachi. Enregistrements: Stan Kakudō Richardson, Yūsan Fukai et Katsumasa Ōta; texte de présentation: Bruno Deschênes. 1 CD avec contenu augmenté d’un document pdf Inédit W 260134, 2008.

Texte intégral

1La popularité internationale de la flûte japonaise shakuhachi a suscité ces dernières années une prolifération considérable de publications commerciales. Les disques abondent, enregistrés par des interprètes qualifiés, japonais ou non, que ce soit dans des répertoires traditionnels en solo, en musique de chambre avec d’autres instruments japonais tels que la cithare à treize cordes koto et le luth à trois cordes shamisen, ou dans des compositions récentes de musique de méditation, d’improvisations de jazz ou de musique expérimentale. À cet égard, ce nouvel enregistrement du maître japonais du shakuhachi Yoshio Kurahashi est une excellente introduction à l’instrument, puisqu’il est centré sur le honkyoku (littéralement: « pièces originales»), le répertoire en solo d’inspiration zen, dont l’importance fondamentale pour l’histoire du shakuhachi a contribué à rendre cette flûte de bambou célèbre dans le monde entier.

2Dans ces enregistrements, le jeu de Kurahashi atteste le raffinement élégant caractéristique de la musique traditionnelle japonaise en général, qualité tout particulièrement requise pour l’interprétation de ce répertoire exigeant. Son approche sans ostentation est enracinée dans l’enseignement de l’école Kinko, dont il a hérité par son père, lui-même élève du fameux maître de shakuhachi Jin Nyodô (1891-1966), qui prônait un style dans lequel, comme l’écrit Bruno Deschênes dans le livret, « la simplicité du son domine sur toute approche stylistique». Cette qualité est mise en évidence dans son interprétation du classique Tsuru no Sugomori (« La nidification de la grue»), une des pièces de honkyoku les plus souvent enregistrées, et dont certains musiciens ont proposé des versions chargées d’ornementations extrêmement développées. Contrairement à ces joueurs de shakuhachi, dont l’interprétation peut paraître presque lourde et agressive, Kurahashi renonce à toute flamboyance au profit d’une sobriété typiquement japonaise, qui ne confond pas l’art et la démonstration. En laissant les compositions classiques s’exprimer d’elles-mêmes, Kurahashi tend vers l’essence du shakuhachi zen, qu’il décrit explicitement comme étant le « non-être» (mu), la résorption dans la nature.

3L’image de l’être humain vivant en symbiose avec la nature, fondement de l’esthétique japonaise – qu’on retrouve aussi dans la poésie des haïkus de Bashô et le théâtre nô de Zeami – se combine dans l’approche zen de Kurahashi avec l’importance qu’il attribue au lieu. Le morceau Hōraï – dont le nom est celui du lieu mythique taoïste de la vie éternelle – a par exemple été enregistré dans le jardin du temple de Kokutaiji, un des principaux sanctuaires de la secte zen de Rinzai, qui date du XIIIe siècle. Le style de Kurahashi laisse la nature entière pénétrer dans l’univers sonore, comme en témoignent les chants d’oiseaux qu’on y entend en « harmonie» avec la musique du maître. Contrairement à ce qui est le cas dans la conception occidentale de la tonalité, l’harmonie est dans la musique japonaise essentiellement environnementale, elle invite à une coexistence pacifique entre les humains et le monde naturel qui laisse simplement les sons être eux-mêmes, sans aucune manipulation inutile.

4Un autre exemple de cette notion modeste de l’harmonie apparaît dans la présente version de Takiochi (« Chute d’eau»), enregistrée par Kurahashi à proximité de la cascade d’Asahi, dans la péninsule japonaise d’Izu. Sur le bourdon constitué par l’écoulement de l’eau, le timbre de la flûte de Kurahashi perd peut-être un peu de la richesse des autres pièces; mais le placement judicieux du micro, très proche de sa bouche, permet de capter le souffle subtil et le bruit des lèvres du musicien. Dans cet enregistrement en plein air de Takiochi, la tension entre le chuintement paisible de la cascade et les sons pleins de grâce élusive et de vibrato discret du shakuhachi, en particulier dans les moments où les phrases musicales se meurent, offre un merveilleux exemple sonore de la fusion taoïste des opposés yin et yang.

5Qu’il soit enregistré dans la nature (Hōraï et Takiochi), sur l’esplanade d’un temple (Jimbo San’ya et Murasaki Reihō) ou dans une salle de concert (Tsuru no Sugimori), Kurahashi fait état d’une sensibilité au son qui demeure égale à elle-même: les concerts et les quelques cours privés auxquels j’ai pu assister m’en ont convaincu. Lors d’une classe au Camp annuel de shakuhachi des Rockies à Loveland, Colorado, j’ai observé Kurahashi en train d’aider un élève à comprendre cette sensibilité en le faisant jouer aussi doucement que possible, de façon presque inaudible. J’ai été frappé d’y reconnaître un enseignement de la méthode taoïste de la « non-action» (wu wei), intimement liée au zen, de même qu’un défi pour des musiciens qui seraient tentés de forcer artificiellement la musique à exister.

6Le commentaire de Bruno Deschênes contribue à faire de ce CD une remarquable introduction à la musique de shakuhachi. Le livret en fournit un résumé, mais le texte complet de son essai figure sur le disque même dans un document en pdf. On y trouve une histoire détaillée, quoique concise, de l’instrument et de sa structure, ainsi qu’une description de chacune de ces pièces historiques, dont la lecture devrait en enrichir l’écoute. La notice de Mukaiji (« Sons d’une flûte provenant d’une mer brumeuse») décrit par exemple l’histoire du moine zen Kyochiku, qui aurait composé cette pièce après l’avoir entendue en rêve. Il faut cependant relever que le thème de ce morceau vénérable, considéré comme un des trois classiques du honkyoku, provient d’un document qui est un faux historique, forgé par les moines-joueurs de shakuhachi de la secte Fuke dans l’intention d’établir leur légitimité (voir Sanford 1977). Mais, même s’il s’agit d’une histoire inventée de toutes pièces, cette légende nous rappelle qu’en matière d’art, le mythe et le mystère sont en définitive plus importants que l’histoire factuelle; et à cet égard, le monde du shakuhachi ne fait pas exception.

Haut de page

Bibliographie

SANFORD James S., 1977, « Shakuhachi Zen: The Fukeshu and Komuso». Monumenta Nipponica 32(4): 411-440.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jay Keister, « Yoshio Kurahashi: Honkyoku, musique zen pour shakuhachi », Cahiers d’ethnomusicologie, 22 | 2009, 303-305.

Référence électronique

Jay Keister, « Yoshio Kurahashi: Honkyoku, musique zen pour shakuhachi », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 22 | 2009, mis en ligne le 31 décembre 2011, consulté le 22 octobre 2014. URL : http://ethnomusicologie.revues.org/1016

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page